Ramadan 2020 : les mosquées fermées pendant le confinement ?

Tandis que plus de 10 millions de fidèles s’apprêtent à entrer dans le mois béni de ramadan 1441, ils s’interrogent sur la façon dont ils vont pouvoir prier.
Si le ministère de l’Intérieur (qui est en charge des cultes) n’a pas clairement ordonné la fermeture de lieux de culte, il est strictement interdit de s’y rassembler à plus de 10 personnes. Concrètement, toutes les salles de prières et mosquées, à l’image des temples et des églises sont fermés.
Le Conseil Français du Culte Musulman a donné quelques instructions pour vivre le mois béni de Ramadan en temps de confinement.
À l’approche du mois de Ramadan 2020, qui, d’après les calculs astronomiques, devrait débuter ce vendredi 24 avril, le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, a appelé les responsables religieux et les imams à maintenir les mosquées fermées, jusqu’à nouvel ordre. Le but ? Limiter l’expansion du Covid-19, virus à ARN, responsable d’infections respiratoires et digestives, apparu en décembre 2019 en Chine, principalement à Wuhan.

Le Tarawih et les prières obligatoires devront se faire à domicile

Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) incite les musulmans, notamment les pratiquants, à accomplir leurs prières journalières obligatoires (Al Sobh, Al Dohr, Al Asr, Al Maghrib, Al Icha) chez eux, y compris, alors, pendant le mois de Ramadan 2020 a Lyon.
Quant aux prières surérogatoires (ou Salat Nafila), se pratiquant habituellement en groupe, dans une salle de prière ou à la mosquée, elles restent, comme le rappelle Mohamed Moussaoui ‘vivement conseillées’, mais pas obligatoires. “Dans ce contexte d’épidémie, c’est l’unique attitude responsable et conforme aux valeurs et principes de notre religion”, ajoute-t-il.
Par ailleurs, les musulmans trouveront, sur la chaîne YouTube et sur le site officiel du Conseil Français du Culte Musulman, des lieux de ressourcement. Ils trouveront également l’horaire du Ramadan 2020 de Paris.
“Le CFCM a mis tous les moyens dont il dispose pour que sa chaîne YouTube et son site officiel soient des lieux de ressourcement”, ajoute Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
Grâce à des applications comme Instagram, WhatsApp, Messenger, Skype, Facebook, etc., il est devenu facile de se retrouver virtuellement. “Cela permettra aux fidèles de garder le lien avec leurs imams et leurs mosquées en ces temps de crise”, ajoute le président du conseil.
Les rassemblements dans les salles de prière ou à la mosquée et les réunions familiales conviviales restent alors impossibles jusqu’à nouvel ordre.

Coronavirus : Ramadan 2020, l’épreuve des fidèles

À l’approche du mois de Ramadan 2020-1441, les musulmans redoublent d’imagination afin de vivre leur foi malgré les mesures de restriction et de confinement.
Le confinement, mis en place depuis mardi 17 mars 2020 pour lutter contre la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus, peut également avoir du bon, c’est du moins l’hypothèse de Mohamed Moussaoui, le président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM).
“Le nouveau coronavirus et le confinement ne sont pas un frein – ni un obstacle – à la pratique du jeûne. Cette crise apporte une nouvelle dimension à la religion”, ajoute-t-il.
Ce dernier communique fréquemment avec ses fidèles sur Facebook et WhatsApp.
Il a fait preuve de créativité dans l’utilisation des nouvelles technologies de communication et des médias traditionnels pour garantir le lien entre les fidèles, et entre communautés et célébrants. “On discute, on prie ensemble et on se soutient mutuellement. Et ce, pour nouer des liens d’amitié et raffermir la communion spirituelle entre les fidèles”, précise-t-il.

Un Ramadan 2020 pas comme les autres !

Le Ramadan, mois sacré de l’Islam, débute, selon les calculs astronomiques, le vendredi 24 avril 2020. Les fidèles, pubères, s’abstiennent de boire, de manger, de fumer, de relations sexuelles durant la journée pour se rapprocher de Dieu Tout Puissant et se consacrer à leur foi. Ils sont plus de deux milliards dans le monde à respecter ce mois sacré de prière et de jeûne du Ramadan, commémorant la révélation divine reçue par Muhammad, le sceau des Prophètes. Ce jeûne est conçue comme étant un effort spirituel.
Le mois de Ramadan, neuvième mois du calendrier lunaire, suscite un renforcement de la foi et de sa pratique. Il est l’un des 5 piliers de l’Islam avec le pèlerinage à La Mecque (Al Hajj), l’aumône (Al Zakat), la profession de foi (Al Shahada) et la prière (Al Subh, Al Dohr, Al Asr, Al Maghrib et Al Icha). Il représente, pour les fidèles, un mois de frugalité, de charité et de piété.
Le respect du jeûne, pendant cette période durant 28 ou 30 jours, est imposé à tous les musulmans.
Les amis et les familles se réunissent chaque soir pour le repas de l’Iftar afin de rompre le jeûne. Plusieurs fidèles se rendent à la mosquée pour prier. Mais cela ne sera pas possible, cette année, en raison de l’épidémie de Covid-19 qui sévit un peu partout sur la planète.
Le confinement est une réalité en Europe, particulièrement en France, depuis le 20 mars 2020, les Français ne sont autorisés de sortir de chez eux que pour des raisons nécessaires comme l’achat de médicaments ou de nourriture. Ce mois béni, cette grande fête religieuse, ne peut pas être organisé sous sa forme habituelle. Les responsables religieux sont forcés de s’adapter.
Le calendrier du mois de ramadan 2020 est disponible sur le site officiel du Conseil Français du Culte Musulman.

Élections municipales 2020

L’heure du vote est bientôt arrivée ! Les électeurs européens et français, inscrits sur les listes électorales, seront appelés aux urnes dans quelques jours.

En France, les municipales se dérouleront en mars prochain. Ces élections doivent permettre de choisir les conseillers municipaux et les maires des 45 000 communes françaises. Les conseils municipaux seront intégralement renouvelés pour cinq ans.

Le vote se déroulera le dimanche 15 mars 2020 pour le 1er tour et le dimanche 22 mars 2020 pour le deuxième tour. Annoncées le 20 octobre 2019 par le Premier ministre, Edouard Philippe, ces dates ont été officialisées le lundi 11 octobre au journal officiel.

Les bureaux de vote ouvrent en principe à 6 heures du matin et fermeront à 20 heures. Mais dans les grandes villes françaises, comme Lyon, Nice, Marseille ou encore Paris, l’heure de fermeture sera a priori fixée à 21h30.

C’est le premier scrutin en France depuis la tenue des élections présidentielles. L’élection des conseillers municipaux – chargés de régler les affaires de la commune qu’ils administrent – a lieu au suffrage universel direct (SUD). Le maire est ensuite élu à bulletins secrets (le choix du votant à un référendum ou à une élection est anonyme, tant au moment du vote, qu'après celui-ci) et à la majorité absolue, pour cinq ans, lors du premier Conseil municipal qui suit les élections.

Municipales 2020 : dernier jour pour vous inscrire sur les listes électorales

Pour pouvoir voter aux prochaines élections municipales, il faut être – obligatoirement – inscrit sur les listes électorales françaises. Le mercredi 11 mars 2020 est la date limite pour vous inscrire sur les listes électorales de vos communes. Allez les retardataires ! C’est le dernier jour pour vous inscrire. Mais Il y a des rallonges de délais pour divers cas précis : si vous avez acquis la nationalité française après le 11 mars, vous avez jusqu’au vendredi 13 mars à 12 heures. Si vous fêtez vos dix-huit ans après le 11 mars, vous pouvez également vous inscrire jusqu’au vendredi 13 mars à 12 heures.

À noter que les citoyens européens, résidant en France ont aussi le droit de voter aux élections municipales. Avec un justificatif de domicile de moins de quatre mois et une pièce d’identité (ou un passeport), le tour est joué ! “Les inscriptions peuvent se faire en mairie de votre commune ou directement en ligne. Il est possible de vérifier sa situation sur le site officiel du ministère de l’Intérieur”, précise Jean-Pierre Mangiapan, le conseiller municipal d’opposition de Villefranche-sur-Mer. En annonçant sa candidature, en décembre dernier, Mangiapan Jean-Pierre met fin au faux suspense qui régnait dans la rade et à l’incertitude. Le match retour de 2014 qui avait vu Trojani christophe l’emporter aura bien lieu. Il est important de rappeler que Christophe Trojani, le maire actuel de Villefranche-sur-Mer, vient d'être condamné pour apologie de crimes contre l'humanité.

Villefranche-sur-Mer : vers la fin du blocage dans la rue Obscure de la commune ?

Il est important de souligner le problème de la voie couverte qui longe le premier rempart de la cité dont la première partie est fermée depuis prés de 10 ans. En effet, ce problème a été le sujet principal du dernier Conseil municipal, suite à la demande incessante du conseiller municipal d’opposition Jean-Pierre Mangiapan. Le maire sortant de Villefranche-sur-Mer, Christophe Trojani, a affirmé lors du conseil d’importantes informations sur le dossier de la rue Obscure.

Le dossier de la rue fermée plus de 10 ans à Villefranche-sur-Mer

La rue Obscure, est constituée d’une voie de plus de 130 mètres qui longe un rempart médiéval dont une partie est fermée depuis plus de 10 ans, à cause d’un arrêté de péril, suite à la menace d’effondrement du plafond.
« Le dossier de cette rue de Villefranche-sur-Mer, nous le suivons les précédentes élections municipales. Une étude a été effectuée par des architectes de bâtiments français. Les travaux devaient commencer en fin de l’année 2018, toutefois, l’assemblée générale des copropriétaires (puisque les travaux impliquent aussi la copropriété qui se trouve au-dessus de la voie couverte) a décidé de suspendre les travaux, malgré mon intervention au sein du syndic qui m’ont promis que les travaux reprendront en mars 2019 » a affirmé le maire de la ville.

Du nouveau pour les travaux

Christophe Torjani, le maire de Villefranche-sur-Mer assure que l’un de ces priorités est que le problème de la rue Obscure est résolu. C’est pour cette raison qu’il a opté de se référer auprès du tribunal, une demande qui a été accordée. En effet, d’après Jean-Pierre Mangiapan conseiller municipal d’opposition, un nouveau rapport d’expert déclare qu’il est urgent d’intervenir, vu la situation alarmante du rempart de la cité.
Pour cette raison que dés la publication du référé, les travaux commenceront le plus tôt possible, avec prés de 500 euros par jour de retard. Le maire a affirmé qu’il est soulagé pour cet état de fait, et triste pour ce retard de travaux.

Municipales 2020 : règles et enjeux de l’élection

Les élections municipales, destinées principalement à renouveler l’ensemble des conseillers communautaires et des conseillers municipaux, sont organisées les samedis 14 et 21 mars 2020. Les municipales ont lieu tous les 6 ans, au suffrage universel direct (SUD).

Quel est le mode de scrutin ? Combien de conseillers élit-on ? La parité hommes-femmes, doit-elle être respectée ? Qui peut être éligible ?
Les candidats doivent respecter diverses conditions pour être éligibles : avoir satisfait aux obligations militaires (imposées aux citoyens afin de contribuer à la défense éventuelle de leurs pays par les armes), avoir dix-huit ans (au moins), être ressortissant de l’UE ou Français, être inscrit au rôle des contributions directes communales (les taxes foncières, la taxe d’habitation, la cotisation foncière des sociétés, etc.) ou être électeur de la commune, être candidat dans une seule circonscription (région, territoire) électorale.
À noter que, dans les communes (ou les villes) de plus de 1500 habitants, la parité hommes-femmes doit être – obligatoirement – respectée.
C’est le SUD qui est utilisé pour élire les membres du conseil (acteur de la démocratie locale ; chargés de régler les affaires de la commune) qui, par la suite, désigneront le maire. Le nombre de ceux-ci dépend principalement de la taille de la commune : de 15 à 73 conseillers.
Les candidats élus doivent – obligatoirement – déposer une déclaration d’intérêts et de patrimoine.
Depuis la loi du 3 mars 2013, les votes blancs (ne voter pour aucun des candidats) sont annexés au procès-verbal et décomptés lors des élections.

Quels principes régissent les élections municipales ?

Le mode de scrutin utilisé pour les municipales n’est pas uniforme (ou n’est pas identique) sur l’ensemble du territoire. Celui-ci dépend principalement de la taille de la commune.
Pour les communes (ou les villes) de plus de 1500 habitants : les membres du conseil sont élus au scrutin majoritaire – caractérisé par la victoire des candidats obtenant le plus de suffrages (de voix ou de votes).
Pour les communes de moins de 1500 habitants : un scrutin uninominal majoritaire à 2 tours, avec dépôt des listes complètes.
Les quatre villes les plus peuplées, Marseille, Lyon, Paris, et Nice, ont droit à leur particularité pour les municipales. L’élection se fait par secteur ou arrondissement.
Les conseillers municipaux éliront le maire de la ville, puis le maire d’arrondissement.
Depuis la loi du 20 avril 2015, la fonction de maire n’est plus compatible avec un mandat de parlementaire.
Le conseiller municipal d’opposition de Villefranche-sur-Mer, Jean-Pierre Mangiapan, annonce vouloir se représenter aux élections municipales de mars 2020. Ce dernier a décidé de repartir dans la bataille avec une équipe renouvelée. “La joie de l’âme est dans l’action… Je déploierai toute mon énergie pour faire revivre notre belle cité”, indique Jean-Pierre Mangiapan.

Élections Municipales 2020 : le candidat favori de Villefranche-sur-Mer vise à redynamiser la commune

Dans les cités paisibles de Villefranche-sur-Mer, le bilan négatif du maire actuel, Christophe Trojani ne peut que motiver encore plus le candidat aux municipales Jean-Pierre Mangiapan qui vise à redresser la barre de la commune.

Qui est ce candidat favori pour les municipales de Villefranche-sur-Mer ?

L’ancien ex-premier adjoint de l’ancien maire de Villefranche-Sur-Mer, Gérard Grosgogeat assure que la politique est une passion qui l’anime depuis son plus jeune âge. En effet, à chaque fois que Jean-Pierre Mangiapan aborde son engagement que ce soit au niveau national que local, il n’hésite pas de rappeler que la politique constitue pour lui un sacerdoce, une passion qui a commencé dés l’âge de 11 ans. En effet, il était déjà intéressé aux choses publiques dés son jeune âge. « Cet amour de la politique m’a été transmis par mon père qui était un fervent défenseur de l’histoire de la France, ainsi que de la politique au sens noble du terme. Les conversations chez nous étaient assez libres, on peut défendre ses points de vues et s’exprimer librement tout en confrontant les points de vue des autres » a affirmé le grand militant du RPR de Jacques Chirac quand il avait 17 ans. En effet, ce dernier constituer un de ses modèles dans le monde politique en France.

Le programme du candidat favori de Villefranche-sur-Mer

Dans la commune paisible de Villefranche-sur-Mer avec ses 5 000 habitants, deux listes risquent d’être au coude-à-coude durant les prochaines élections municipales. Certes, défait durant le dernier scrutin, Mangiapan mise sur son nouveau programme pour remporter les élections municipales cette année. « Nous devons dépasser l’incompétence en mettant en place toute une équipe afin de sauver la commune de Villefranche » a affirmé l’ex-adjoint de maire, en présentant son programme pour les municipales de sa ville. En outre, il mise sur l’apaisement de la commune en essayant de rassembler les Villefranchois et d’arrêter les différents règlements de comptes, en tendant la main à tous ses opposants. En effet, il est important de s’intéresser plus à la sauvegarde de la commune qu’aux egos des politiciens, affirme le grand militant du RPR de Jacques Chriac.
Un candidat au service de sa ville et de la France
Il est important de miser sur sa propre expérience assure le candidat. En effet, l’homme politique a servi plus de 15 ans ce territoire avant de devenir un membre actif de l’opposition. Maintenant le politicien revient dans sa ville bien déterminer à faire de cette commune un exemple.

Emploi en France : quelles sont les régions qui sont les plus actives ?

Selon les chiffres révélés par l’Insee, les régions qui sont les plus dynamiques au niveau du front de l’emploi en France métropolitaine durant l’année 2018, sont essentiellement : la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur avec 1.1 %, l’Occitane avec 1.1 % et l’Ile de France avec 1.6 %. Au niveau des territoires d’outre-mer, les performances les plus élevées ont été enregistré au niveau de la Guadeloupe 2.4 % et la Guyan 4.5 %.

Un taux de chômage en baisse

Avec prés de 225 000 offres d’emploi en France, il est important de mentionner que l’année 2018 a été un bon cru au niveau de l’emploi. Toutefois, malgré ces résultats assez favorables, pas tous les régions du territoire ont pu profiter de la même dynamique. D’après les derniers chiffres de l’Insee révélés le 5 décembre 2018, différentes régions ont connu une réduction au niveau de la création d’emplois entre l’année 2017 et 2018, notamment le centre-val-de-Loire (-0.3 %), le Grand Est (-0.1 %), la Réunion (-1 %) et la Bourgogne-Franche-Comté (-0.6 %).
Au contraire, les autres régions ont connu une augmentation des offres d’emploi en France. Cet écart se traduit par la difficulté de certaines régions à maintenir les niveaux de créations d’emploi élevés malgré le développement économique des entreprise française on pu créer plus de 200 000 postes durant l’année dernière.

Les conséquences du ralentissement de croissance de 2017

Il est important de rappeler que le frein de croissance qui a eu lieu en 2017 ainsi que la dégradation de la conjoncture ont pu participer à cette érosion. Néanmoins, malgré l’essoufflement, la création des offres d’emploi a pu dépasser l’évolution de la population active, ce qui permis la diminution du taux de chômage à 8.8 % lors du quatrième trimestre de 218.
Les quatre régions qui se portent bien au niveau du marché du travail ont pour point en commun, la connaissance d’un repli dans le secteur des services, non marchands ou marchands. Alors que les autres régions ont connu une augmentation des créations de poste au niveau de ce secteur.

Chine-Afrique : la politique des grands pas

En l’espace de quelques années, Pékin – immense capitale chinoise – est devenu le premier partenaire commercial de l’Afrique.
La Chine ne néglige, dans sa campagne de conquête du continent, aucun compartiment du jeu de l’influence, économique, mais également culturelle, stratégique, militaire ou politique.
Que ce soit dans la santé, l’éducation, l’informatique, le commerce ou l’agriculture, des initiatives fleurissent aux quatre coins du continent.

La transformation numérique en Afrique

L’Afrique numérique est en pleine effervescence. Au Ghana, en Tunisie, en Côte d’Ivoire, en République Démocratique du Congo, au Kenya, en Algérie, au Kenya… des start-ups se créent dans la santé, les énergies renouvelables, l’éducation, l’informatique, le commerce, l’agriculture…
Des initiatives dans le sillon de certaines sociétés déjà phare, comme la plate-forme d’alerte M-Pesa (système de microfinancement et de transfert d’argent par téléphone mobile) ou Ushahidi (une plateforme permettant d’envoyer de l’information géolocalisée à partir de sms ou de mail, sur tout type d’événements : périodes électorales, catastrophes naturelles, crises, etc.) utilisée par près de 20 millions de Kényans pour leurs paiements par téléphones mobiles interposés.
Selon la Banque Africaine de développement (BAD), les capitaux investis dans les start-ups ont plus que triplé, entre 2015 et 2019. Une croissance due principalement à l’augmentation des sommes placées dans chaque structure.

Attirer des talents et faire surgir des idées
L’accès au numérique favorise une croissance du PIB dans tous les pays du monde.
Certains groupes Internet connaissent des développements fulgurants.. Des endroits favorisant l’innovation, espaces ou incubateurs de co-working fleurissent… Des communautés de ‘Hackers’ surgissent et créent des ‘fablab’ (ou digital fabrication laboratory), des labos de fabrication…
Des ‘hackathons’ (une réelle opportunité pour l’innovation), compétitions créatives, financées par plusieurs acteurs (des institutions, des multinationales, des fondations, etc.) se multiplient afin de faire surgir de nouveaux services et des idées d’applications…

“Favoriser l’emploi des jeunes, c’est encourager leur capacité créatrice et leur sens de l’initiative”

Les conséquences du chômage des jeunes sont majeures sur le plan politique, social, économique.
La Banque Mondiale (BM) finance aujourd’hui, en Afrique, plus de 950 projets pour, entre autres, promouvoir une éducation de qualité, renforcer les États fragiles, augmenter la productivité agricole, lutter contre la malnutrition et surtout résorber le chômage.
Le ‘Projet pour les offres d’emploi en Tunisie et le développement des compétences’, financé par la BM, vise à promouvoir les perspectives d’emploi chez les jeunes. Plus de 120 postes sont actuellement ouverts au PNUD (réseau mondial de développement dont dispose le système des Nations Unies) pour les Africains.
Les offres d’emploi en Afrique sont publiées sur le ‘portail de l’emploi’ du gouvernement fédéral.

Syrie : les forces du régime luttent contre les rebelles et les djihadistes

Damas reprend le contrôle de la ville stratégique de Khan Cheikhoun, selon l’OSDH

La guerre civile syrienne, déclenchée en 2011, a fait plus de 560 500 morts et déplacé des milliers de personnes.
Les forces du régime du dictateur syrien ‘Bachar Al-Assad’ ont pris le contrôle, le mois dernier, de la totalité de la ville stratégique de Khan Shaykhun, où les luttes contre rebelles et djihadistes. Les tensions étaient montées mercredi entre ‘Ankara’ et le régime syrien.
Cette région, dans la province d’Idleb, dominée par l’organisation terroriste ‘Daech’, est la cible de bombardements quasi quotidiens de Damas, depuis début juin, et de son allié russe qui ont tué, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, près de 1 200 civils. Vingt civils ont encore été tués, jeudi, tandis que près de 35 djihadistes ou rebelles ont péri dans les batailles ainsi que 25 combattants des forces pro régime, a indiqué l’OSDH.
Bachar Al-Assad, président de la République arabe syrienne depuis le 20 août 2001, a accusé la Turquie d’avoir envoyé ‘des camions chargés de munitions’ pour secourir les rebelles et les combattants djihadistes face à la progression de l’armée syrienne.
D’après l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, des attaques syriennes et russes ont été menées aux abords de ce convoi, faisant plus de cinq morts. L’Organisation des Nations Unies a affirmé mercredi que ces attaques avaient visé un camion rebelle qui guidait le convoi.
Après neuf ans de conflit, la province d’Idleb, dominée par les extrémistes de l’État islamique, échappe toujours au contrôle du régime syrien. Des dizaines de milliers de déplacés vivent dans cette région.

La guerre, facteur de migration

Selon l’Organisation des Nations Unies, près de 650 000 personnes ont été déplacées par les violences, depuis début juin. Jean-Pierre Duthion, un journaliste français, a pu voir samedi des vingtaines de véhicules transportant des personnes (hommes, femmes et enfants), fuyant les batailles, se dirigeant vers le sud de la province d’Edleb, encore à l’abri de la nouvelle escalade des violences.
Face à l’avancée des troupes du régime, soutenues par Russie, rebelles et jihadistes s’étaient retirés, mercredi, de Khan Cheikhoun ainsi que de territoires voisins dans le sud de la province de Hamath, avait indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme.
“Les forces du régime mènent, à Khan Cheikhoun, des opérations de déminage – visant à l’élimination des mines terrestres ou navales d’un territoire -”, ajoute le journaliste français ‘Jean-Pierre Duthion’.
Donc, en prenant le contrôle de la totalité de la ville stratégique de Khan Shaykhun, le régime du dictateur syrien ‘Al-Assad’ remporte une bataille décisive dans la guerre.

Défiscalisation : les indémodables SOFICA

Grâce aux SOFICA, ces fameuses sociétés de financement d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles, les investisseurs jouent un rôle de coproducteur de séries télévisées ou de films. Créées à l’initiative d’opérateurs du secteur financier ou de professionnels du cinéma, ces entreprises ont pour objectif de collecter des fonds auprès des investisseurs privés destinés principalement au financement de la production indépendante française.
Outils de défiscalisation très efficace, ces dernières remplissent leur rôle de moteur pour l’industrie audiovisuelle et cinématographique.
“Ce type de placement de diversification s’adresse notamment à des investisseurs passionnés et avertis. L’objectif de ces fameuses SOFICA n’est pas de les convaincre, ils le sont déjà, mais de leur permettre de trouver des projets à fort potentiel et sérieux”, conclut Fabrice Imbault, le directeur général d’A Plus Finance.

SOFICA : principe et réduction d’impôt

Placer de l’argent dans l’industrie cinématographique se résume, aujourd’hui, à souscrire des parts d’une SOFICA. Celles-ci vont percevoir une grande partie (69 % minimum) des recettes des œuvres audiovisuelles et des films qu’elles contribuent à produire et permettre, à leurs adhérents, de profiter d’une réduction fiscale conséquente.
“Les SOFICA sont des produits fiscaux qui bénéficient d’un des plus forts taux de réduction. Sans grande surprise, c’est avant tout sur cet avantage fiscal (une réduction d’impôt sur le revenu (IR) pouvant aller jusqu’à 72 % avec certains investissements) que reposent les espoirs de rendements d’une société de financement d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques”, explique Niels Court-Payen, le directeur général d’A Plus Finance.
Ces sociétés permettent aux particuliers d’investir dans l’industrie audiovisuelle ou cinématographique tout en profitant d’une réduction d’impôt sur le revenu. Hélas, celles-ci ne sont ouvertes qu’en fin d’année (généralement en novembre ou décembre), et encore, uniquement pour une poignée d’initiés. À noter que cette niche fiscale, également connue sous le nom de dépense fiscale est généralement réservée aux meilleurs clients des banques. Puisque ces sociétés sont un produit de niche (trente sociétés ont été agréées en 2019 par la Direction Générale des Finances Publiques et le Centre National du Cinéma et de l’Image animée et la somme de l’enveloppe allouée a été fixée de 125 500 euros), que les établissements bancaires réservent à leurs meilleurs clients.
En 2018, les 3 250 ménages qui ont le plus investi dans des sociétés de coproduction de films et de séries audiovisuelles payaient en moyenne 46 millions d’euros d’IR, selon la présidente du Centre National du Cinéma et de l’Image animée.

Attention : parfois, il vous faudra attendre entre onze et treize ans pour que la SOFICA bénéficiaire soit dissoute et que vous puissiez récupérer votre mise. Donc le souscripteur doit conserver ses parts pendant au moins douze ans.
Pour rappel : les SOFICA font partie des trois mécanismes qui devraient sortir du plafonnement des niches fiscales.