L’immobilier, est-il un investissement sûr et rentable ?

Comment se constituer un patrimoine financier ?

Tout d’abord, un épargnant qui thésaurise voit son capital perdre de la valeur si l’économie génère de l’inflation. Dans ce cas, disposer de 2 000 euros aujourd’hui ou de 2 000 euros dans un an n’offre pas le même pouvoir d’achat : ce dernier sera plus faible dans un an.
Si l’épargnant place son argent, il doit donc demander à tout le moins une rémunération pour faire face à cette hausse des prix et maintenir son pouvoir d’achat.
Ensuite, la demande et l’offre de prêts sur le marché sont déterminées à partir de différents paramètres macro-économiques (taux de chômage, croissance anticipée…) et institutionnels (ratios de couverture, taux d’intervention des banques centrales…). Si le prêteur est certain d’obtenir la rémunération et le remboursement en capital suivant les modalités déterminées au départ du contrat, on parle alors de taux de rémunération ou d’intérêt sans risque voire, plus simplement, de taux sans risque. Ce dernier est fonction de l’échéance ou du terme choisi par l’investisseur, relativement à son horizon de placement : un mois, un an, dix ans…
Dans un marché rationnel, il doit exister une relation entre les taux sans risque selon leurs échéances, dont il ressort qu’un taux long équivaut à une moyenne géométrique des taux courts anticipés. D’autres facteurs peuvent également affecter le taux sans risque : la durée est l’un des principaux. En effet, en plaçant son argent, l’épargnant accepte de retarder sa consommation et se trouve donc dans l’impossibilité de pouvoir repenser sa stratégie de placement à cause de l’immobilisation des fonds. Ce phénomène est susceptible de justifier l’émergence d’une rémunération spécifique.

Valeur acquise et valeur actuelle

L’épargnant qui place son capital doit-il raisonner en valeur acquise (en fin de période de placement) ou en valeur actuelle (en début de période) ?
Pour répondre, il faut d’abord montrer le lien qui existe entre les deux notions.
Valeur acquise : supposons que l’on dispose de 2 000 euros à placer pendant un an et que le marché puisse offrir une rémunération de 6 % pour cette durée : on peut donc obtenir à l’échéance 2 060 euros, soit 2 000 de capital initial et 60 euros de rémunération. Les 2 060 correspondent à la valeur acquise par un capital de 2 000 euros placés à 6 % pendant une période d’un an. Au terme d’un an, l’épargnant est une nouvelle fois confronté au problème de la consommation ou de l’épargne.
Valeur actuelle : supposons à présent qu’un emprunteur très solvable s’engage contractuellement à verser 1 226, 60 euros dans deux ans exactement : combien est-on prêt à lui donner en contrepartie de son engagement ?
Dans ce problème, on ne dispose comme information que du moment de l’apparition du flux et du montant reçu à cette échéance. Si l’on accepte la logique précédente, on peut considérer 1 226, 60 euros est la valeur acquise d’un placement unique effectué aujourd’hui pour une durée de deux ans.

Placement : “la pierre est une valeur sûre”

“L’immobilier reste une valeur sûre” ou “la pierre, valeur refuge”. Investir dans la pierre sera toujours psychologiquement vu comme un placement rentable et sûr à long terme.
Dénicher la maison ou l’appartement de vos rêves, le pied à terre idéal ou le loft au charme ? Tout est possible quand… on a le temps de visiter, de prospecter, de chercher, de relancer…
Le leader de la chasse immobilière “HomeLike Home” peut vous libérer de toutes ces contraintes. Il intervient à l’achat comme à la location à Aix-en-Provence, en Normandie, sur Bordeaux et Bordeaux Métropole, sur Paris et ses environs. Ainsi, vous ne conservez que le plaisir du choix. HomeLike Home (dream team des chasseur immobilier bordeaux, Paris et en France) vous accompagne (depuis l’élaboration du cahier des charges jusqu’à la signature définitive) et défend vos intérêts tout au long du process de recherche de votre bien, avec un reporting rigoureux. Il vous offre un service sur mesure.

Comment l’immobilier est-il devenu un élément aussi central dans l’économie mondiale ?

Le chasseur immobilier, résultat d’une mutation du marché

L’expert en évaluation immobilière est un technicien expérimenté et connu dans l’art d’évaluer des biens et des droits immobiliers. L’évaluation, contrairement au mot expertise, ne souffre d’aucune ambiguïté. L’expertise peut aussi bien signifier estimation ou évaluation comme il peut signifier un examen de la chose expertisée, non pour en déterminer le prix, mais pour examiner la qualité.
Le chasseur d’appartement est avant tout un agent immobilier, compétent, d’une impartialité et d’une probité sans failles. Il doit réunir des connaissances qui sont sans cesse en évolution. Comme dans tous les métiers, sa formation doit être permanente, c’est une condition de la survie professionnelle. Il doit constamment se former aux méthodes nouvelles d’évaluation, se tenir au courant des fluctuations, des nouveautés dans la matière où il exerce.
Le chasseur d’appartement n’est pas là pour faire plaisir. Il doit toujours dire la stricte vérité, telle qu’il la ressent, sans aucun ménagement, mais avec psychologie et diplomatie. C’est ce qui fait toute la noblesse de cette profession. C’est sa dignité.
La pratique de l’expertise nécessite : une formation d’esprit particulière, un esprit d’analyse et de synthèse, une curiosité toujours en éveil, un solide bon sens, une bonne culture générale ainsi qu’une organisation méthodique ; des connaissances approfondies de la matière à expertiser, tant théoriques que pratiques, des lois, usages et règlement qui s’y appliquent. Comme dans toute activité, l’aisance vient avec la pratique.

Pourquoi faire appel à un chasseur immobilier ?

Il en résulte qu’au-delà de l’expérience professionnelle acquise par chaque chasseur immobilier Bordeaux ou Paris, l’estimation des types de biens fréquemment rencontrés est relativement facile pour celui qui est souvent missionné pour de tels biens : commerces, bureaux, immeubles de rapport, maisons, appartements…
Le chasseur immobilier “HomeLike Home” intervient à la location comme à l’achat, sur Bordeaux et Bordeaux Métropole, sur Paris et ses environs. Il vous offre un service sur mesure. Ce dénicheur d’appartement s’adresse aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers. Il cherche des locaux commerciaux, des maisons, des appartements, des showrooms, des bureaux et tous locaux professionnels. Il effectue à votre place tout le travail de recherche via des sources multiples : marchands de biens, notaires, agences immobilières, annonces internet et papier, etc. Il sélectionne les produits en fonction de vos critères et visite à votre place. HomeLike Home est la dream team de la chasse immobilière en France.
L’expertise est d’autant plus délicate que le marché peut être étroit et nécessiter une enquête spécifique approfondie. Au demeurant, n’est-ce pas l’un des intérêts du métier de se trouver régulièrement confronté à des cas nouveaux, d’apprendre toute sa vie ?

 

Société civile de placement immobilier : comment ça marche ?

Une SCPI ou société civile de placement immobilier est une société qui vise d’acquérir différents biens immobiliers comme des bureaux, des entrepôts, des commerces, des parkings et des maisons médicalisées… etc, avec pour mission de distribuer aux différents associés un revenu régulier. Une société civile de placement immobilier est une société qui est agréée et régulée par AMF, l’autorité des marchés financiers. Le patrimoine du SCPI est évalué chaque année grâce à un expert.

Avantages d’investir dans des sociétés civiles de placement immobilier

Les sociétés civiles de placement immobilier forment un idéal épargne qui permet à tous investisseurs désireux d’investir dans l’immobilier de réaliser différents investissements locatifs professionnel ou résidentiel tout en se constituant un patrimoine immobilier qui est bien diversifié.
L’un des avantages de passer par ce type de société civile, c’est que la gestion des biens locatifs est assurée par des professionnels comme la société de gestion indépendante, A Plus Finance.
L’investisseur qui désire investir dans l’immobilier, peut acheter des parts de société civile de placement immobilier, devenant ainsi propriétaire d’une partie des biens immobiliers. En contrepartie, la société civile de placement immobilier reverse un revenu régulier très souvent mensuel, comme étant les loyers perçus.
Les investisseurs pouvant investir dans les sociétés civiles de placement immobilier, ils peuvent être des entreprises, des personnes physiques ou aussi des personnes morales.

Le rôle de la société de gestion dans les sociétés civiles de placement immobilier

Une société de gestion comme A Plus Finance, qui a plus de 20 ans d’expérience dans la gestion des fonds, se charge de collecter les différentes sommes des investisseurs pour les investir dans des biens immobiliers. La mission d’une société de gestion s’étend aussi dans la gestion du parc immobilier, ainsi qu’à la redistribution des loyers auprès des différents investisseurs.
En outre, contrairement à un propriétaire immobilier classique, l’investisseur d’une société civile de placement immobilier est totalement déchargé de la gestion du bien. En effet, la société de gestion est tenue à s’occuper de la gestion des charges locatives et administratives, des ventes, des travaux, de la recherche de locataires, ainsi que la comptabilité des biens.
Donc une société de gestion permet à tous épargnants d’investir dans une société civile de placement immobilier, afin de profiter d’un revenu régulier, et ce même si l’investisseur participe d’une petite somme d’argent.
Pour pouvoir gérer d’une façon transparente une société civile de placement immobilier, la société de gestion doit remplir un certain nombre de missions, tout en respectant les règlements et les lois établis par AMF.

Les grands enjeux qui attendent les sociétés de gestion en 2019 !

 

Les sociétés de gestion : une solution pour tous les investisseurs ?

Les sociétés de gestion de portefeuille (Amundi, Amiral Gestion, Comgest, Syquant Capital, Lazard Frères Gestions, Rivage Investment, Hugau Gestion…) sont des entreprises d’investissement, aussi connues sous les noms de “Société de gestion financière” ou “Société de gestion de fonds”. Une société de gestion a pour activité de gérer des capitaux pour son propre compte (la gestion pour compte propre) ou pour celui de ses clients (la gestion pour compte de tiers), soit en gérant des organismes de placements collectifs de valeurs mobilières (OPCVM) (on parle de gestion collective), soit en gérant des comptes-titres (on parle ici de gestion sous mandat). En France, les sociétés de gestion sont agréés par l’AMF.

La gestion pour compte propre

La société de gestion optimise le rendement de ses avoirs en les investissant en Bourse. Elle effectue donc pour son compte des opérations classiques de gestion de portefeuilles.
La gestion pour compte de tiers
Les financiers peuvent certainement gérer leur propre portefeuille, mais ils peuvent également proposer leurs services (assistance) pour gérer ceux de clients mandats. Il existe 2 modes de gestion pour comptes de tiers : La gestion collective et la gestion sous mandat.
Les sociétés de gestion peuvent gérer un seul ou plusieurs fonds, mais tout dépend du nombre de gérants de fonds et de la taille des effectifs dont elles disposent.
Le gérant de fonds a pour rôle de piloter l’argent qui lui a été confié : quand vendre, quand acheter, quand renforcer, quand alléger, comment investir, sur quels supports… Il est la clé de voûte du dispositif de gestion.

Comment choisir une société de gestion ?

La base GECO de l’Autorité des marchés financiers permet de vérifier si une société est bien agréé. C’est le premier réflexe à avoir afin de s’assurer de la légitimité de votre interlocuteur.
En France, il existe plus de 790 sociétés de gestion. Citons par exemple Amilton Asset Management, Etoile Gestion, Carmignac Gestion, A Plus Finance, Turenne Capital Partenaires SA, 123 Venture…
Certaines de ces entreprises proposent en outre des investissements dans des sociétés non cotées, dans le cadre de véhicules de capital-transmission, de capital-développement, de capital-risque. Les produits financiers gérés par ces dernières ne sont pas que des actions. Elles peuvent gérer des Fonds Commun de Placement dans l’Innovation, des Fonds d’Investissement de Proximité, des SICAV, des fonds de fonds, des participations en direct, etc.
A Plus Finance gère depuis plus de quinze ans des FIP (Fonds d’Investissement de Proximité), des FCPI (Fond Commun de placement dans l’innovation) et trois fonds de fonds. Elle intervient dans les secteurs innovants : dans les domaines du développement durable, du e-commerce, et des technologies de l’information.

Comment réussir son investissement dans une société de gestion ?

Une société de gestion qui est également connue sous le nom général de prestataire de service d’investissement (PSI) est une entreprise d’investissement et de crédit qui est agréée et suivie par l’AMF. En effet, une société de gestion telle que A Plus Finance, elle est soumise à des lois strictes, afin de fournir des services d’investissement comme l’exécution d’ordre pour le compte de tiers, gestion de portefeuille, négociation de placement ou prise ferme et placement.

Quel est le rôle de la société de gestion

Selon l’article L. 532-9 du code financier et monétaire, une société de gestion de portefeuille est une société d’investissement qui a pour principal objectif de gérer les portefeuilles collectifs ou individuels pour le compte de son client. A Plus Finance, qui est une société de gestion indépendante avec plus de 20 d’expérience dans la gestion d’actifs, fait appel à des intermédiaires financiers afin de transmettre leurs ordres sur le marché financier.
Il est important de noter qu’en plus de la gestion financière, les sociétés de gestion se chargent aussi de la gestion administrative, financière et comptable de l’épargne salariale, ainsi que la gestion des différentes OPCVM. Pour ces raisons, les sociétés de gestion doivent obligatoirement être agréées par la COB (la Commission des opérations de Bourse).
En effet, une société de gestion qui est agréée par la Commission des opérations de Bourse est seule habilité à pouvoir gérer des fonds communs de placement d’entreprise ou FCPE. Cette gestion peut être effectuée, pour des investissements dans des OPCVM, Organismes de Placements Collectifs de Valeurs Mobilières, des SICAV des Sociétés d’investissement à Capital Variable, et même pour des FCP ou des Fonds communs de placement, pour le compte des clients institutionnels ou privés.

Le rôle de contrôle de l’AMF

L’activité des sociétés de gestion est hautement réglementée, contrôlée et agréée par l’autorité des marchés financiers AMF.
Afin de délivrer l’agrément de l’AMF, l’autorité doit vérifier un grand nombre de critères selon la forme, la qualité des dirigeants et le capital de la société.
En outre l’AMF doit vérifier essentiellement que la société de gestion possède bien une administration centrale et un siège social en France. Mais encore, la société de gestion doit obligatoirement avoir un capital initial suffisant, ainsi qu’une forme juridique bien appropriée à l’activité de gestion. Toutes sociétés de gestion doivent impérativement fournir l’identité de ses actionnaires en mentionnant les montants de leur participation.
Pour avoir l’agrément de l’AMF, la société de gestion de portefeuille doit également avoir un plan de programme d’activité bien adapté au périmètre de ses activités envisagées et qui est mis à jour très régulièrement.
Pour les autres sociétés de gestion, qui peuvent exercer l’activité de gestion pour le compte de tiers et doivent obligatoirement avoir l’agrément du CECEI ou Comité des établissements de crédit et des entreprises d’investissement.

Le crédit commercial : un substitut au prêt bancaire… quand le développement financier est faible

Comment le crédit commercial peut aider votre entreprise ?

Le crédit commercial (ou crédit fournisseur) constitue la première source de financement externe pour les PME qui n’ont pas d’historique de crédit ou qui manquent de garanties, alors qu’elle vient immédiatement après le financement par emprunt bancaire pour celles qui ont accès à ce financement institutionnel.
Le crédit fournisseur est obtenu directement auprès des fournisseurs auprès de qui l’entreprise aura montré sa capacité à rembourser les sommes dues aux conditions fixées. Lorsque le nombre de transactions mensuelles, par exemple, est élevé entre un fournisseur et un acheteur, il est plus pratique d’offrir à ce dernier de payer l’ensemble de ses achats une fois par mois plutôt qu’à chaque transaction. L’offre d’un crédit commercial devient ainsi une importante source de financement pour les clients qui leur permet de réduire la pression sur leurs liquidités. De la même façon qu’une entreprise accorde à ses clients certains délais pour régler leurs factures, elle peut bénéficier également de délais de paiement auprès de ses fournisseurs sous certaines conditions. Lorsque ces délais sont assortis d’un escompte, les dirigeants doivent considérer la décision de l’utiliser même si cela demande de faire appel à la marge de crédit, car il constitue souvent une réduction substantielle de la facture totale.

Le crédit commercial à court terme : la solution de crédit efficace pour les entreprises

Le crédit commercial à court terme présente d’importants avantages, dont celui de se négocier entre des entrepreneurs plutôt qu’entre un banquier et un entrepreneur, comme la marge de crédit ou le crédit bancaire à court terme. Pendant les périodes difficiles, il est d’ailleurs reconnu qu’il est plus facile de demander un prolongement du délai de paiement à un autre entrepreneur plutôt qu’à un agent de crédit d’une institution financière, celle-ci opérant sous différentes contraintes qui ne sont pas sous le contrôle de l’agent de crédit. Puisque les relations entre l’entreprise et son banquier sont moins fréquentes qu’entre l’entreprise et son fournisseur, il est plus facile d’établir une relation de confiance avec ce dernier, ce qui constituera un atout important pour réduire les conséquences des contraintes liées à l’obtention de financement à court terme. Toutefois, si le délai de paiement est dépassé, le crédit fournisseur devient alors très coûteux pour l’entreprise. Un autre avantage lié au crédit commercial est qu’il évite à l’entreprise de payer les achats à chaque transaction, réduisant ainsi le besoin de conserver des ressources monétaires dans ses coffres, ce qui diminue l’incertitude sur le montant d’encaisse à maintenir et le risque de subir un déficit de caisse, ainsi que les pertes pour vol ou fraude de l’argent conservé à l’entreprise.
Niels Court-Payen (président) met A Plus Finance au service des moyennes et petites entreprises (PME). Ces spécialistes de l’investissement ont pour objectif de trouver les pépites du tissu économique français et les accompagner en période de transmission. “A Plus Finance” (spécialisée dans le capital investissement et la multigestion) peut également aider l’entreprise à trouver des financements bancaires ou des co-investisseurs. Elle accompagne les PME déjà établies dans leurs activités.

Capital-risque : la France en tête des levées de fonds en Europe

 

Les PME sont devenues, aujourd’hui, une composante essentielle du tissu économique. Pour assurer le développement des PME (petites et moyennes entreprises), de nouvelles formes de financement (les fonds propres, l’emprunt bancaire…) ont été progressivement mises en place. C’est dans ce cadre que s’inscrivent la croissance et l’apparition du capital-risque français.
Le capital-risque français a connu un véritable essor à partir de 1980 sous le nom de “venture capital”.

Les traits essentiels permettant de caractériser le capital-risque :

– le capital risque constitue un apport en fonds propres dans une entreprise en développement ou naissante, présentant des perspectives aléatoires de croissance.
– l’activité de la société est orientée vers un projet novateur (l’investisseur dans ce cas s’attache plus à des critères de décision quantitatifs que qualitatifs) ;
– le rôle de l’investisseur ne se limite pas à un simple apport, il remplit également une mission de conseil (vise à atteindre des objectifs spécifiques) en jouant le rôle de partenaire actif et s’implique dans la gestion de l’affaire ;
L’investisseur en capital-risque doit être un véritable partenaire de la société partageant les risques de développement, de lancement et les profits, en cas de succès. L’injection de capital risque dans une PME peut avoir lieu à tout moment (généralement lors du lancement de la société) de la vie de celle-ci.
La première étape de conception se caractérise par le “seed financing” (le financement de semences). Le capital risque investit donc sur une équipe, un projet, c’est à ce stade que le risque est toujours le plus fort.
À l’étape de la naissance (c’est-à-dire, lors du démarrage) correspond le financement de création, allant de la mise en œuvre de la production jusqu’à la mise sur les marchés. En cas de succès, la société connaît alors un besoin très important de fonds propres afin de financer son développement.
La phase de la mezzanine : la société a atteint une taille suffisante, mais doit bien évidemment renforcer sa structure financière avant de faire appel au marché financier.
Enfin, la période de maturité (en cas de succès) peut correspondre à une introduction en Bourse.

L’emprunt bancaire

L’emprunt bancaire (prêt bancaire) correspond à une somme (une dette financière à long terme) mise à la disposition de la société par un organisme financier (généralement un établissement bancaire). La société de gestion “A Plus Finance” peut aider les PME à trouver des co-investisseurs ou des financements bancaires. Elle les soutient également dans leurs développements. Elle intervient dans tous les secteurs innovants (e-commerce, technologies de l’information, du développement durable…). A Plus Finance se positionne comme un spécialiste du capital développement et capital risque, mais aussi de la multigestion.

Les meilleurs supermarchés halal sur l’Ille de France

C’est dans moins d’un mois que le calendrier hégirien annoncera le début du mois de ramadan 2018 en France. Un mois de jeûne incontournable pour les musulmans pratiquants.

Ramadan 2018 en France, une période propice au partage et aux repas familiaux. L’occasion de découvrir les meilleurs commerces proposant les produits halal sur l’Ile-De-France.

Nous voyons naître jour après jour des enseignes alimentaires de spécialité halal, une façon de surfer sur le boom des produits halal sur un territoire diversifié.

  • Euro Primeurs : 2 Route de Chantilly, 60100 Creil, France

Inutile de chercher des produits issus de la production rituels au supermarché Euro Primeurs, par contre les propriétaires réservent aux amateurs des aliments halal et aux musulmans fidèles à leurs traditions une large palette de marques 100% halal.

  • Aulnay : 14 Rue Léon Jouhaux

Niché à Aulnay-Sous-Bois, ce supermarché dédié à l’alimentation halal. Bénéficiant d’une superficie de 1000m² et faisant travailler une vingtaine de personnes, ce commerce est considéré comme l’une des enseignes phares de l’alimentation halal en Ille de France.

  • hal’shop : 104 Rue d’Avron, 75020 Paris 

C’est au 20ème arrondissement de Paris que s’est installé ce supermarché 100% halal précisément à la rue d’Avron. L’objectif de ce commerce est de proposer aux clients fidèles à l’alimentation halal tous ce qu’ils cherchent pour agrémenter leurs repas et embellir leurs tables pendant le mois de ramadan.

  • Bionoor : 1 Rue Maryse Bastié, 93600 Aulnay-sous-Bois

Le magasin Binooor est spécialisée dans les produits bio et les aliments issus de la productions halal Bionoor, est un vaste choix de toutes sortes de produits culinaires adaptés aux traditions du Maghreb et aux règles de l’alimentation de la religion islamique.

  • Sweet Barakah : 26 Rue des Saules, 91230 Montgeron

Sweet Barakah, est un nouveau supermarché halal qui vent de s’installer sur la région parisienne et qui répond parfaitement aux attentes des consommateurs musulmans.

Travaillant avec une vingtaine de distributeurs, innervant partout en France, Sweet Barakah dispose d’une visibilité élevée. C’est le deuxième supermarché de ce type à Montgeron de par sa taille (1000 m²).

  • Halal Cash: 4 Rue Victor Hugo, 18390 Saint-Germain-du-Puy

L’entreprise HALAL CASH, s’est installée depuis quelques années au 4 RUE VICTOR HUGO à Saint Germain Du Puy (18390) pour offrir aux musulmans aux alentours du Cher un large choix de produits halal : viandes, fromages, boulangeries, pâtisseries, gâteaux, sucreries, épices, conserves…

 

 

 

        Innovations commerciales

 

   Les attentes des consommateurs vis-à-vis des marques !

 

Les attentes constituent l’élément clé du comportement prédécisionnel du client.

On définit une attente comme une expectative de performance (ce à quoi le client s’attend du prestataire de services).

 

Il existe deux dimensions à la performance attendue : la performance technique et la performance fonctionnelle.

La performance technique représente le résultat obtenu après la prestation de services, alors que la performance fonctionnelle repose sur la façon dont le service a été livré.

Il faudra donc distinguer deux types d’attentes : celles liées à la performance fonctionnelle et celles liées à la performance fonctionnelle.

À mon avis, les gestionnaires se préoccupent beaucoup plus de la performance technique que de la fonctionnelle, alors que les causes d’insatisfaction des clients se trouvent le plus souvent au niveau de cette dernière (performance fonctionnelle).

Donc, afin de mieux comprendre les attentes, il faut s’intéresser à leurs sources !

 

Voici quelques exemples :

– Les attentes créées par le bouche-à-l’oreille ;

– Les attentes créées par les médias (émissions d’affaires publiques, critiques…), en particulier l’Internet ;

– Les attentes naturelles, celles qui proviennent de l’environnement familial et culturel du client ;

– Les attentes créées par la communication-marketing du prestataire.

Peu importe la source, le gestionnaire se doit de connaître les attentes précises des clients visés, et ce, pour chacune des deux dimensions de la performance attendue.

 

   Comment évaluer les attentes liées à la performance technique ?

 

Pour évaluer ce type de performance, le client utilise ses propres indicateurs.

Donc, dans ce cas, le prestataire de services se doit de bien comprendre la nature et la provenance de ces indicateurs.

 

La fiabilité du service représente l’attente qui a le plus d’incidence sur le niveau de satisfaction.

Un service de préparation de rapports d’impôts peut être jugé très fiable parce qu’il répond, entre autres, à l’attente du client !

En cherchant à connaître la provenance des indicateurs de performance du client, l’entreprise prestataire peut tenter, par des stratégies de communication ciblées (de modifier à son avantage les indicateurs du client).

 

Il existe plusieurs expériences de services pour lesquelles le client peut difficilement apprécier la performance technique : ce sont des indicateurs de croyance.

 

Un étudiant qui termine son diplôme universitaire éprouvera de la difficulté à évaluer la qualité de l’éducation reçue.

Sa satisfaction reposera alors presque entièrement sur des indications liées à la performance fonctionnelle (qualité des cours, disponibilité des professeurs…).

Après plusieurs années sur le marché du travail, l’étudiant devenu salarié sera en mesure d’apprécier la performance technique (la pertinence) de sa formation.

Dans le même sens, le client d’un architecte ne pourra apprécier la solidité et le confort de sa maison que lorsqu’il y aura vécu quelques années.

 

  Qu’attendent les usagers de leurs opérateurs ?

Au jour d’aujourd’hui, les utilisateurs de téléphonie mobile sont de plus en plus exigeants envers leurs opérateurs.

Ces derniers sont plus attentifs aux offres forfaitaires et aux initiatives qui correspondent vraiment à leurs besoins.

 

Quel est selon vous le meilleur opérateur en France ?

Les opérateurs sont désormais nombreux (Paritel, Orange, Bouygues télécom, SFR…), et les offres le sont encore plus.

Selon des études, Paritel est le meilleur opérateur professionnel en France !

Vente et achat du vin aux enchères : les pièges à éviter

Le secteur des ventes aux enchères est un secteur en plein boom. En effet, en 2003, les ventes de vins aux enchères avaient rapporté 10 millions d’euros de chiffres d’affaires, alors qu’en 2012, 43 millions, on été enregistré, une évolution remarquable.

Certes les ventes de vin aux enchères, coûtent de plus en plus chers, mais il faut faire attention à certains pièges à éviter.

Pour vendre son vin aux enchères

La première astuce, c’est de bien choisir sa maison d’enchère et son expert.

Une maison d’enchère qui a déjà de l’expérience dans la vente de vin, c’est la meilleure des solutions. En plus d’avoir déjà sa propre clientèle, elle sait comment vendre comme il le faut votre vin. Toutefois, il faut bien vérifier que la maison d’enchère possède bien un endroit de stockage des vins qui est approprié.

Deuxième astuce pour la vente de votre vin, c’est de bien choisir un expert reconnu.

Pour vérifier si votre vin est vraiment un bon vin, qui n’est pas un faux. Mais encore, l’expert va vérifier le prix de vente de votre bouteille de vin. Donc l’expert doit être quelqu’un de connu ayant une crédibilité et ayant déjà travaillé dans le vin.

Pour acheter son vin aux enchères

Parfois la maison d’enchère, fait des présentations des bouteilles, la veille ou le jour même de la vente, n’hésitez pas de vous rendre sur place pour vérifier l’état du lot que vous compter acheter.

Deuxième astuce, fixez votre enchère maximale. En effet, il y a un piège dans lequel il ne faut pas tomber, quand on est acheteur, qui est l’effet casino. C’est à dire il y a un lot qui vous plaît et il y a un concurrent qui enchère pour le même produit, il ne faut pas que le produit vous revient plus cher que sa valeur réelle. Fixez un budget à ne pas dépasser.

 

« Les enchères sont une option intéressante pour trouver des pépites rares, néanmoins, il faut faire trop attention à certains pièges. » Comme a déclaré un dirigeant de Raphaël Michel, créateur de cuvée depuis 1899.

Le marché mondial des enchères des vins est resté assez stable depuis 2015. Mais, du côté des meilleurs bouteilles de grands crus, le marché a grimpé. En effet, certains voient pour investir réellement, il faut acheter les meilleurs millésimes.

Pourquoi acheter aux enchéres

Les négociants de vin comme la société Raphaël Michel trouvent que les ventes du vin dans les enchères sont une occasion pour constituer et mettre à jour sa cave, mais encore, généralement, on propose des bouteilles très rares qu’on ne trouve pas partout. Pour les amateurs de vin, les enchères forment une excellente occasion d’acheter du vin, qui est souvent à des prix moins élevés que ceux du marché de détail. Par contre, il faut quand même avoir un minimum de connaissance en vin pour ne pas acheter un millésime médiocre. Et il faut être très vigilant à la contrefaçon même ci les maisons d’enchère ont leur propre expert pour authentifier les bouteilles.