Villefranche-sur-Mer : vers la fin du blocage dans la rue Obscure de la commune ?

Il est important de souligner le problème de la voie couverte qui longe le premier rempart de la cité dont la première partie est fermée depuis prés de 10 ans. En effet, ce problème a été le sujet principal du dernier Conseil municipal, suite à la demande incessante du conseiller municipal d’opposition Jean-Pierre Mangiapan. Le maire sortant de Villefranche-sur-Mer, Christophe Trojani, a affirmé lors du conseil d’importantes informations sur le dossier de la rue Obscure.

Le dossier de la rue fermée plus de 10 ans à Villefranche-sur-Mer

La rue Obscure, est constituée d’une voie de plus de 130 mètres qui longe un rempart médiéval dont une partie est fermée depuis plus de 10 ans, à cause d’un arrêté de péril, suite à la menace d’effondrement du plafond.
« Le dossier de cette rue de Villefranche-sur-Mer, nous le suivons les précédentes élections municipales. Une étude a été effectuée par des architectes de bâtiments français. Les travaux devaient commencer en fin de l’année 2018, toutefois, l’assemblée générale des copropriétaires (puisque les travaux impliquent aussi la copropriété qui se trouve au-dessus de la voie couverte) a décidé de suspendre les travaux, malgré mon intervention au sein du syndic qui m’ont promis que les travaux reprendront en mars 2019 » a affirmé le maire de la ville.

Du nouveau pour les travaux

Christophe Torjani, le maire de Villefranche-sur-Mer assure que l’un de ces priorités est que le problème de la rue Obscure est résolu. C’est pour cette raison qu’il a opté de se référer auprès du tribunal, une demande qui a été accordée. En effet, d’après Jean-Pierre Mangiapan conseiller municipal d’opposition, un nouveau rapport d’expert déclare qu’il est urgent d’intervenir, vu la situation alarmante du rempart de la cité.
Pour cette raison que dés la publication du référé, les travaux commenceront le plus tôt possible, avec prés de 500 euros par jour de retard. Le maire a affirmé qu’il est soulagé pour cet état de fait, et triste pour ce retard de travaux.