Une reprise économique “inégale et précaire” en 2021, selon le FMI

L’économie planétaire devrait rebondir et augmenter de 8 % en 2021, affichant toutefois un rebond post-crise d’une ampleur sans précédent en 50 ans. Ainsi, cette reprise tient en partie au redressement spectaculaire de certaines grandes économies (comme la Chine, la France ou encore les États-Unis), alors que plusieurs pays en développement et émergents sont aujourd’hui encore aux prises avec la pandémie mondiale de coronavirus et ses retombées, a indiqué le site web.
En dépit de la reprise, la production mondiale en 2021 sera inférieure de près de 3 % aux prévisions pré-coronavirus. Dans les 2/3 des économies en développement et émergentes, les pertes de revenu subies depuis l’apparition de la pandémie ne seront pas recouvrées en 2023. Dans les pays à bas revenu, où la majorité des populations ne sont pas encore vaccinées, les effets de l’épidémie du Covid-19 ont cependant aggravé l’insécurité et effacé les progrès durement réalisés dans la lutte contre la pauvreté. “Malgré des signes de reprise encourageants à l’échelle mondiale, le nouveau coronavirus, pire ennemi de l’Humanité, a aggravé, entre autres, les inégalités et la pauvreté dans les économies en développement”, a souligné David Malpass, le directeur général de la Banque mondiale. Il est ainsi important de mener une action coordonnée au niveau mondial en vue d’accélérer les allègements de dette et la distribution des vaccins, notamment pour les pays à bas revenu, l’Afrique en tête.

     Le choc économique du coronavirus pourra être bientôt surmonté

Les gouvernements devront faire face aux effets durables de l’épidémie de Covid-19 et prendre des dispositions afin de promouvoir une croissance inclusive, résiliente et verte tout en préservant la stabilité macro-économique. Parmi les plus grandes économies, la Chine devrait afficher cette année une croissance de 8 %, grâce notamment à l’assouplissement des restrictions sanitaires et aux importantes dispositions d’aide budgétaire. Par ailleurs, la croissance se raffermit aussi dans les autres pays avancés, mais dans une moindre mesure. Parmi les économies en développement et émergentes, les États-Unis devraient ainsi enregistrer cette année, un rebond de la croissance de 12 %, au profit du rattrapage de la demande. Ce groupe d’États devrait connaître globalement une croissance de 9 % en 2021-2022, tirée principalement par l’augmentation des prix des produits de base et la progression de la demande. “Dans plusieurs pays, la reprise est cependant freinée par le retard pris dans la vaccination et la recrudescence des cas de coronavirus, auxquels s’ajoute, dans certains cas, la suppression des dispositions de soutien. Si l’on ne tient pas compte des États-Unis, la reprise devrait par ailleurs s’établir à 5 % en 2021”, souligne le Sénégal.