SOFICA : investir dans le cinéma et payer moins d’impôts !

Une SOFICA – société de coproduction de films – a pour objet unique le financement d’œuvres audiovisuelles et cinématographiques européennes et françaises. Celle-ci est financée par des investisseurs privés qui bénéficient – entre autres – d’un crédit d’impôt.
Les SOFICA réalisent ses investissements, soit :
– par souscription au capital d’entreprises de réalisation – celles-ci financent le développement d’œuvres cinématographiques ;
– par versement en numéraire – en liquide – réalisé par contrat d’association à la production œuvre par œuvre en contrepartie duquel la “société de coproduction de films” bénéficiaire détient des droits à recettes – ou couloirs à recettes – sur les divers supports d’exploitation de la série ou du film (produits dérivés, DVD, droits de diffusion télévisuels à l’étranger et en France, entrées en salles, etc.) lui permettant de récupérer son investissement augmenté de plus-values.

Cinéma : un marché dynamique et créatif

Les investissements de ces fameuses sociétés sont réalisés dans une industrie audiovisuelle et cinématographique française florissante – riche, prospère – et dont les perspectives sont très prometteuses.
L’année dernière, les entrées dans les salles de cinéma ont atteint 650 500 euros. À cela, s’ajoute un cinéma Made in France qui a su briller : les œuvres françaises ont réalisé des recettes guichets à hauteur de 520 000 euros et ont fait plus de 120 000 euros d’entrées à l’international en 2018.
150 films et séries ont totalisé plus de 250 000 entrées et près de 30 longs métrages – un film qui dure plus d’une heure – ont rassemblé plus de trois millions de spectateurs en 2017 et 2018, soit un niveau bien supérieur à la moyenne de 80 films ou séries par an depuis 2008. L’exportation des programmes audiovisuels européens a par ailleurs battu un record historique en 2018.

La SOFICA A Plus Image 7, conseillée par le groupe A Plus Finance, diversifie ses investissements autant à travers des programmes jeunesse – profitant d’un potentiel trop fort à l’international et offrant une grande visibilité de recettes – et les séries télévisées que sur des productions, sur les segments les plus porteurs.
La valorisation des parts d’une société de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel dépend généralement du succès commercial des films et des séries co-produits. La vraie rentabilité de ce placement – alternatif – repose principalement sur la réduction fiscale obtenue.
Pour protéger le capital de ses souscripteurs, la SOFICA d’A Plus Finance investit une partie – 30 % – de son capital sous forme d’adossement, et bénéficie ainsi d’une garantie de rachat à un prix égal ou supérieur à la somme nominale de l’investissement réalisé.