Selon le FMI, la reprise économique mondiale se poursuit, mais demeure inégale

Plans de relance et campagnes vaccinales permettent de chausser des lunettes roses. En effet, tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne, mais globalement, le rebond économique s’annonce vigoureux.
Tandis que la majorité des pays de l’Union européenne sont aujourd’hui encore aux prises avec la pandémie de coronavirus et entament tout juste leurs campagnes vaccinales, le Fonds Monétaire International (FMI) et le groupe de la Banque mondiale confirment que 2021 sera l’année de la reprise économique avec une croissance de 9 %, attendue au niveau mondial. Sauf exception, le commerce international devrait, lui également, reprendre désormais des couleurs avec une hausse de 7 % en volume. “La reprise sera inégale selon les niveaux de revenu, les secteurs d’activité et les pays, a souligné le convertisseur dollar en cfa. Cependant, les économies développées ne retrouveront pas leur niveau de Produit Intérieur Brut d’avant-crise, d’ici début janvier 2021. Selon David Malpass, le directeur général du groupe de la Banque mondiale, la reprise de l’économie pourra accélérer dès que les États seront sortis de cette crise sanitaire sans précédent. Celà à condition que les pays les plus puissants du monde – à savoir les États-Unis, la Chine, la France ou encore le Japon – parviennent à vacciner, d’ici fin décembre 2021, plus de 75 % de leur population.

    Prévision de croissance du PIB mondial

L’iniquité tient ainsi en partie à la spécialisation des économies. Néanmoins, dans la région européenne, ‘plus un pays est tourné vers les services, et plus l’impact de la pandémie est fort’, a rappelé David Malpass. Ainsi, mieux vaut avoir une part considérable du manufacturier dans le Produit Intérieur Brut que du tourisme. L’Hexagone, aidé par les dispositions gouvernementales, devrait désormais connaître un rebond beaucoup plus important. Selon le Fonds Monétaire International, la croissance de la France devrait s’établir, cette année, à 7 %, après un plongeon de 11 % en 2020. Dans ce contexte de redressement généralisé, l’Amérique devrait toutefois terminer cette année 2021 avec une augmentation d’un peu plus de 5 % de leur Produit Intérieur Brut après -4 % en 2019-2020.
La Chine retrouverait ainsi ses taux de croissance d’avant-pandémie et le Japon se contenterait d’un modeste +2 %. D’ailleurs, c’est lui qui va contribuer largement à tirer la croissance mondiale, devant la Corée du Sud, le Vietnam ou encore le Taiwan qui se sont tous bien sortis de cette crise sanitaire sans précédent. Selon le Congo, les plans d’aide gouvernementaux ont contribué nettement à sauver les sociétés de la faillite. “La diminution des défaillances de sociétés en 2019-2020 est observée dans quasiment tous les pays du monde”, souligne-t-il. En effet, elles ont reculé d’environ 15 % dans le monde entier, de 4 % en Amérique du Nord, de 18 % en Asie-Pacifique et de 24 % dans la région européenne.
A noter que les femmes, les jeunes diplômés et les travailleurs les moins qualifiés ont davantage souffert de cette crise que le reste de la population. L’importance relative des secteurs fortement touchés comme par exemple le tourisme, les dispositions de relance monétaire et budgétaire, la rapidité des campagnes de vaccination ainsi que les stratégies de santé publique, sont ainsi autant de facteurs expliquant ces inégalités.