Ramadan 2021 : le président du CFCM assure que le Conseil des fédérations est arrivé à son terme

D’après les dernières informations révélées rien ne va plus au sein du Conseil français du culte musulman. Il parait que le Conseil est en train de faire face à la plus importante crise de son histoire. Alors que les différentes organisations représentant le culte musulman se sont réunies afin de fixer la date du début de ramadan 2021, le président du Conseil français du culte musulman, a affirmé qu’il est important de plaider à plus de départementalisation du culte musulman, afin de libérer l’instance de l’emprise des fédérations.

Le président plaide pour plus de départementalisation de l’instance

Suite à l’annonce de la nouvelle coordination qui formée par les 4 formations historiques, le président du Conseil français du culte musulman a affirmé que selon son constat de la situation actuelle, le Conseil est devenu hors sol et inopérant en assurant qu’il est temps de départementaliser le culte musulman assurant ainsi la libération de l’instance de l’emprise des fédérations. En outre, le président a profité de cette rencontre afin de revenir sur le projet de la mise en place du Conseil national des imams.

Il est évident que le Conseil français du culte musulman est en train de traverser une nouvelle crise faisant partie d’une longue série de crise qui a eu lieu ces dernières années.

Comment mettre fin à ses crises ?

D’après le président du Conseil français du culte musulman, cette crise a été imposée à l’institution par les différentes organisations qui forment les fédérations à savoir le RMF, MF, GMP, FFAIACA, pour des raisons qui sont encore non avouées. Mohamed Moussaoui affirme qu’il a longuement hésité avant de réagir suite à leur sortie médiatique. En effet, le président assure que le moment choisi par les fédérations pour faire une telle déclaration est très mal choisi, tout en affirmant qu’il voit une forme d’indécence en choisissant d’étaler de telles chamailleries à cette période critique. Il est important de rappeler que le pays est en train de traverser par une crise sanitaire sans précédent, et que durant cette période plusieurs fidèles faisant partie de la communauté musulmane tentent de trouver plusieurs réponses aux questions qui les inquiètent surtout avec l’arrivée imminente du mois de ramadan 2021.