Ramadan 2020 : les mosquées fermées pendant le confinement ?

Tandis que plus de 10 millions de fidèles s’apprêtent à entrer dans le mois béni de ramadan 1441, ils s’interrogent sur la façon dont ils vont pouvoir prier.
Si le ministère de l’Intérieur (qui est en charge des cultes) n’a pas clairement ordonné la fermeture de lieux de culte, il est strictement interdit de s’y rassembler à plus de 10 personnes. Concrètement, toutes les salles de prières et mosquées, à l’image des temples et des églises sont fermés.
Le Conseil Français du Culte Musulman a donné quelques instructions pour vivre le mois béni de Ramadan en temps de confinement.
À l’approche du mois de Ramadan 2020, qui, d’après les calculs astronomiques, devrait débuter ce vendredi 24 avril, le président du CFCM, Mohamed Moussaoui, a appelé les responsables religieux et les imams à maintenir les mosquées fermées, jusqu’à nouvel ordre. Le but ? Limiter l’expansion du Covid-19, virus à ARN, responsable d’infections respiratoires et digestives, apparu en décembre 2019 en Chine, principalement à Wuhan.

Le Tarawih et les prières obligatoires devront se faire à domicile

Le CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) incite les musulmans, notamment les pratiquants, à accomplir leurs prières journalières obligatoires (Al Sobh, Al Dohr, Al Asr, Al Maghrib, Al Icha) chez eux, y compris, alors, pendant le mois de Ramadan 2020 a Lyon.
Quant aux prières surérogatoires (ou Salat Nafila), se pratiquant habituellement en groupe, dans une salle de prière ou à la mosquée, elles restent, comme le rappelle Mohamed Moussaoui ‘vivement conseillées’, mais pas obligatoires. “Dans ce contexte d’épidémie, c’est l’unique attitude responsable et conforme aux valeurs et principes de notre religion”, ajoute-t-il.
Par ailleurs, les musulmans trouveront, sur la chaîne YouTube et sur le site officiel du Conseil Français du Culte Musulman, des lieux de ressourcement. Ils trouveront également l’horaire du Ramadan 2020 de Paris.
“Le CFCM a mis tous les moyens dont il dispose pour que sa chaîne YouTube et son site officiel soient des lieux de ressourcement”, ajoute Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande Mosquée de Paris.
Grâce à des applications comme Instagram, WhatsApp, Messenger, Skype, Facebook, etc., il est devenu facile de se retrouver virtuellement. “Cela permettra aux fidèles de garder le lien avec leurs imams et leurs mosquées en ces temps de crise”, ajoute le président du conseil.
Les rassemblements dans les salles de prière ou à la mosquée et les réunions familiales conviviales restent alors impossibles jusqu’à nouvel ordre.