L’islam et l’égalité femmes-hommes

L’Islam a fondé, au septième siècle, une égalité dite spirituelle entre les femmes et les hommes, comme le montre ce verset : “Les musulmanes et musulmans, craignantes et craignants, endurantes et endurants, loyales et loyaux, obéissantes et obéissants, croyantes et croyants, jeûnantes et jeûnants, donneuses et donneurs d’aumône, invocatrices souvent de Dieu et invocateurs, gardiennes de leur chasteté et gardiens : Dieu Tout Puissant a préparé pour eux un pardon et une énorme récompense”, verset 35, sourate Al Ahzab.
Pendant ce siècle, les femmes n’avaient quasiment aucun droit. Une fois mariées, celles-ci étaient considérées comme des objets (ou des biens) par leurs conjoints.
Le Coran, Livre sacré de l’Islam et des Musulmans, a contribué à changer cette donne. Il a donné de nouveaux droits aux femmes. Le texte coranique contient divers versets accordant, à l’époque, des droits exceptionnels aux femmes. Dans le saint Coran, la femme et l’homme assument les mêmes devoirs et jouissent de la même dignité humaine.

 

      La femme dans le saint Coran

La vision islamique de l’Humanité est égalitaire et ne tolère aucune discrimination (distinction, différenciation, séparation, etc.) fondée sur la nation, la culture, le rang socio-économique, la famille, la couleur de la peau, la race ou le sexe.
L’unique critère de supériorité est “la révérence pour Allah Tout Puissant, la droiture et la piété”, et ceci ne peut être connu que du Très Haut. Selon l’Islam, tous les êtres humains sont les fils d’Ève et Adam, et dans ce sens, on est tous frères et sœurs.
La religion musulmane est un ensemble de dispositions et de principes qui sont justifiés par les exigences de la vie réelle. En effet, Muhammad, sceau des Prophètes, est venu assurer (certifier) que le mariage (ou l’hymen) est un lien sacré et légitime (licite, légal, reconnu par la loi) entre une femme et un homme pour organiser les relations entre eux sans verser dans le sentimentalisme ou l’idéalisme.
L’Islam, à l’image d’autres religions (Christianisme, Judaïsme…), proclame la primauté (prééminence, priorité) de l’homme sur la femme. C’est au verset 35 de la sourate An Nisaa, qu’on a l’élaboration la plus explicite.