L’innovation, un sésame pour les PME

Le capital risque

Le venture capital (ou le capital risque) est une prise de participation (le plus souvent minoritaire) par un ou des investisseurs, au capital d’entreprises non cotées. L’investisseur a pour objectif de participer financièrement au développement de sociétés innovantes (start-ups) à fort potentiel et aussi, de réaliser une plus-value substantielle lors de la cession de ses titres.
Le capital risque est une classe d’actifs incertaines et plus volatile que les autres types d’investissements.
La volatilité s’explique en raison de la petite taille des sociétés innovantes et de leurs dépenses soutenues de développement, de la quasi-impossibilité d’avoir recours à des financements classiques tels que les prêts bancaires, de l’absence de profits au cours des premiers exercices comptables…
Ce fardeau de la petite taille constitue le quotidien de ces entreprises jusqu’à ce que celles-ci parviennent à dégager des cash-flows positifs.
Avant ce stade de développement, ces start-ups sont considérées comme coûteuses (trop) et illiquides pour les investisseurs. Par ailleurs, ces caractères rendent ce type d’investissement fortement opaque pour les financiers. Les start-ups innovantes, principalement composées d’actifs incorporels, s’investissent dans des projets de recherche hasardeux. Les actifs incorporels présentent aussi la particularité d’être irrécouvrables au moment de la liquidation, ce qui aiguise l’aversion des investisseurs pour ces entités.

Le capital risque en Europe : un secteur en forte évolution

Le venture capital implique une multitude d’acteurs. Le capital risque est une classe d’investissement qui superforme largement les firmes investissements dans les firmes cotées, c’est pourquoi il constitue un relais de diversification pour les investisseurs qui abondent les sociétés de capital risque. Les véhicules d’investissement du venture capital répondent à une courbe de rendement de type “Spray and Pray”, mais les performances peuvent cependant largement différer selon les fonds. La théorie du signal prescrit la sélection des fonds font les rendements de sortie sont les plus élevés par rapport à ceux qui disposent de la meilleure réputation.
A Plus Finance (créée en 1998) est l’un des acteurs indépendants les plus actifs du capital risque en France. Elle se singularise par la stabilité de ses équipes (des entrepreneurs et des financiers) depuis le début de son développement. Elle est présente dans les métiers de l’immobilier, de la multigestion, du cinéma et du financement des PME. Ses actifs sous gestion dépassent 986 millions d’euros. A Plus Finance peut aussi aider l’entreprise à trouver des co-investisseurs. Elle dégage la meilleure rentabilité pour les souscripteurs de ses fonds.