L’Humanité dans le saint Coran

Pour les humains que nous sommes, l’importance de l’Homme est évidente. “Au nom de Dieu Tout Puissant”. Ainsi commence le saint Coran, Livre sacré de l’Islam et des musulmans, et cela donne le ton. La suprématie (la prééminence, l’ascendance, la supériorité ou domination) d’Allah est généralement marquée avec insistance extraordinaire.
La royauté de la terre et des cieux appartient à Dieu Tout Puissant. Il est le Premier et le Dernier. En dehors d’Allah, vous n’avez ni défenseur ni protecteur. Il fait mourir et fait vivre.
Il est Le Créateur de toute chose. Le Très-Haut a créé la terre et les cieux en seulement 6 jours. Il est le locuteur exclusif et l’unique auteur du Livre sacré.
L’Humanité est supérieure à toute autre création. Dans le saint Coran, Adam est le père de l’Humanité. Il est le premier Homme. Par la tradition, il acquiert une dimension prophétique.
Adam était supérieur aux Anges puisqu’il lui avait été accordé la connaissance des noms de toute chose. En fait, il s’agit d’un être humain qui a été élevé au plus haut degré d’honorabilité. La qualité qui consiste à être humain vient essentiellement de nos aspects immatériels et spirituels, pas de nos aspects matériels et naturels. La subordination de l’homme est alors totale.

       Quelles sont les forces principales qui gouvernent notre Univers ?

On a trois principales forces : la raison, la colère et le désir. La raison nous permet, entre autres, de prendre les bonnes décisions. On dirige notre colère contre ce qui est sur notre chemin. On désire les personnes du sexe opposé, et on aime nos biens matériels et nos enfants.
Dans le saint Coran, la dimension humaine se manifeste par le fait que l’Homme est véritablement responsable. Si ces forces restent indisciplinées, le mensonge, la fraude, l’injustice, la tyrannie, l’escroquerie, les relations sexuelles illégales, l’immortalité et d’autres vices apparaîtront, partout dans la société, chez les individus.
L’Humanité, même si elle est le meilleur exemple de la création, est toujours confrontée au danger de ne pas réussir ce test de la vie matérielle. Certaines sourates expriment le besoin d’une discipline céleste – sens du devoir, maîtrise de soi, règle de conduite que l’on s’impose – pour nous sauver de ce qu’il y a de plus vil (méprisable, lâche, indigne…).