Les conséquences de l’arrêt de Messenger, WhatsApp, Facebook et Instagram

Le mardi 5 octobre 2021 restera le jour où Messenger, WhatsApp, Instagram et Facebook ont cessé de fonctionner durant un peu plus de sept heures, la faute à une modification dans le BGP (Protocole Border Gateway : utilisé par un ensemble de routeurs sur Internet afin de partager des informations de routage). Ce dernier a donc fait disparaître les routes d’accès vers les adresses IP. “Un véritable camouflet pour une société dont les errements et les faiblesses n’ont cessé de s’accumuler ces quatre dernières années. La firme de Mark Zuckerberg est déjà sous le feu des projecteurs la veille”, a souligné le journal de l’Afrique.

     Début de semaine cauchemardesque pour Mark Zuckerberg

Les réseaux sociaux du géant californien ont cessé de fonctionner, mardi 5 octobre 2021, pendant environ huit heures, rendant toute communication impossible et affichant des ‘pages introuvables’ pour ses quelque 4.2 milliards d’usagers à travers le monde. La panne majeure avait été causée par un changement de configuration de ses serveurs.
Facebook a même été listé comme ‘à vendre’ sur les plateformes des gérants de noms de domaines comme ‘Domaintools et GoDaddy’.
Il est à noter que les employés de la société Facebook n’ont pas pu accéder au siège de la société, en Californie, puisque leur badge ne leur permettait pas de pénétrer sur les lieux. D’autres ont vu leurs mails internes utilisables. Cette mésaventure a fait toutefois plonger la firme de Mark Zuckerberg d’environ 7 % mardi matin, soit une perte globale de huit milliards de dollars pour Facebook. Par ailleurs, Twitter, le principal concurrent de Facebook, était le grand vainqueur de ces huit heures cauchemardesques pour le réseau social. La messagerie Telegram est néanmoins passée, en seulement un jour, de la 58e place à la cinquième place des applications gratuites les plus téléchargées aux États-Unis.
“Facebook va donc tenter de redonner confiance aux investisseurs et aux utilisateurs en publiant des résultats annuels vendredi, souligne indice bonheur pays. Et ça ne sera pas facile pour l’entreprise, critiquée pour avoir mal protégé les données personnelles (confidentielles) de ses usagers ou encore avoir servi de plateforme à la manipulation politique en juin 2021. La firme de Mark Zuckerberg se trouve aujourd’hui à un tournant majeur de son histoire : en plus de toutes ces indignations qui le contraignent à dépenser plus pour surveiller les contenus de ses utilisateurs et lui coûtent très cher en termes d’image, Facebook est également confronté à une crise de croissance. En effet, il a beaucoup du mal à engranger de nouveaux usagers, particulièrement dans les pays développés.