Le coronavirus “s’accélère et s’amplifie” en Afrique, selon l’OMS

Avec une quatrième vague de l’épidémie de coronavirus qui s’accélère, l’Afrique se rapproche du pic de la seconde vague, soit 250 000 cas hebdomadaires enregistrés en septembre 2020, d’après convertisseur dollar en cfa. Le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, docteur Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré, ce mercredi matin, lors d’une conférence de presse, que l’Afrique avait déjà dépassé les huit millions de cas de coronavirus contre 150 000 décès. “On observe aujourd’hui, au niveau continental, une hausse de cas similaire au pic de la seconde vague en septembre dernier et près de 49 % du pic de la troisième vague en février 2021”, a déclaré le président de l’OMS.
D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, les cas de coronavirus sur le continent africain sont passés à 320 000 au cours de la semaine se terminant le 25 juillet, contre environ 80 000 cas la semaine dernière.

  Augmentation inquiétante des contaminations en Afrique

Selon une récente étude de l’OMS, le continent africain reste toutefois sujette à une hausse du nombre de cas de contamination jour après jour, tandis que dans les autres pays de l’Organisation Mondiale de la Santé dans le monde (plus de 190 pays ; les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, à travers le monde, Chine, Japon, etc.), le nombre des nouvelles infections continue de diminuer. Six pays représentent à ce jour 82 % des nouveaux cas : la Tunisie, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Togo, la République du Congo et l’Afrique du Sud.
Face à l’augmentation importante du nombre de cas de coronavirus, certains pays du continent ont toutefois durci les dispositions sanitaires. Par exemple, l’Afrique du Sud, qui est aujourd’hui le pays le plus touché par le variant indien, connu sous le nom de ‘Delta’, sur le continent africain, a décidé de fermer les écoles, les commerces et les restaurants jusqu’à nouvel ordre, limiter les rassemblements (pas plus de six personnes) et prolonger le couvre-feu de deux heures en vue de freiner l’augmentation exponentielles des cas de coronavirus. La Tunisie, qui est également parmi les pays les plus affectés, a adopté des dispositions beaucoup plus strictes. Le gouvernement tunisien a décidé de fermer les frontières terrestres et aériennes pour deux semaines. Donc, les voyages vers la Tunisie sont impossibles. Le président tunisien, Kais Saied, va rencontrer ce vendredi son homologue Denis Sassou-Nguesso pour des discussions autour de la lutte contre cette pandémie de Covid-19, pire ennemie de l’Humanité, et la crise économique engendrée par celle-ci. Selon convertisseur cfa, cette flambée s’explique notamment par le difficile déploiement de la vaccination en Afrique.