L’Afrique, grande oubliée de la vaccination, alerte l’OMS

Le continent africain a aujourd’hui besoin de 2 milliards de doses en vue de vacciner 75 % de sa population et atteindre ainsi l’immunité collective, selon les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les dirigeants africains assurent avoir déjà garanti des dizaines de millions de doses de vaccins.
La majorité des pays africains comptent sur l’Union africaine (UA), le groupe de la Banque mondiale et l’Organisation Mondiale de la Santé pour s’approvisionner, selon le journal de l’Afrique.
Grâce aux mécanismes de ces institutions, l’Organisation Mondiale de la Santé table sur environ 45 % de la population africaine vaccinée d’ici début 2022. Cependant, 78 % des pays sont aujourd’hui frappés par une troisième vague beaucoup plus meurtrière qui les a forcés à revenir à des dispositions sanitaires très strictes. La découverte de nouveaux variants, en Grande-Bretagne ou encore en Afrique du Sud, qui continuent actuellement à se propager dans le monde, a également accéléré la ruée sur les vaccins.

         En Afrique, l’ampleur de la pandémie de coronavirus reste une grande inconnue

Deux ans après l’apparition des premiers cas de Covid-19, l’Afrique affiche un bilan d’environ 260 000 décès, avec près de 80 millions de personnes infectées. Mais en l’absence de vaccination massive, ces chiffres sous-évaluent ainsi la réalité.
Parmi les conséquences dramatiques de la pandémie mondiale de coronavirus, qui a fait son apparition dans la ville chinoise de Wuhan en avril dernier, on retient que la pauvreté extrême est en augmentation en Afrique, et ce pour la première fois en 30 ans.
Que plus de 2 millions de jeunes africains pourraient ne jamais reprendre le chemin de l’école. Qu’il s’agit de l’unique et seul continent du monde où émeutes et violences ont augmenté considérablement en 2020. Et la liste est encore très longue…
Une partie de ces maux sont néanmoins le résultat de plusieurs facteurs, notamment du confinement, des fermetures et des mesures sanitaires, qui ont été ordonnés partout dans le monde en vue d’endiguer le nouveau coronavirus, pire ennemi de l’Humanité.
En Afrique, le taux de létalité lié à la pandémie de Covid-19 est toutefois supérieur à la moyenne et environ une vingtaine de pays africains ont déclaré auprès de l’OMS être confrontés aujourd’hui à la saturation de leurs hôpitaux et cliniques.