La crédibilité de Joe Biden en péril

Tandis que le bilan de l’attaque terroriste à l’aéroport international Hamid Karzaï du mercredi 25 août ne cesse de grimper, la présidence de Biden (au pouvoir depuis le 20 janvier 2021 se retrouve aujourd’hui dans sa plus grave crise. “Un coup très, très dur” pour l’administration Biden, critiquée par adversaires et alliés pour ce drame et pour l’effondrement de la capitale afghane, Kaboul, selon le site web. “Le président américain va ainsi devoir échanger avec les ‘soi-disant’ islamistes, les talibans (organisation politique, militaire et religieuse fondamentaliste islamiste œuvrant en Afghanistan depuis les années 1990), soit une “situation particulière”.

 Retour des talibans en Afghanistan : un échec pour les États-Unis ?

C’est un échec un peu difficile pour la Maison blanche, puisque les cinq premiers mois avaient été réussis. En effet, il y avait eu que de bonnes nouvelles sur quasiment tous les terrains, sur le plan économique et social, et une certaine amélioration de la situation de la pandémie de coronavirus.
Cette histoire en Afghanistan et à Kaboul particulièrement, a ainsi donné comme but principal à moyen terme l’évacuation des Afghans qui peuvent être menacés, et des Américains encore sur place. Et, selon Antony Blinken, le Premier ministre américain, le délai imposé par l’accord entre ‘les talibans et l’ancien chef d’Etat Trump Donald’, va être très court. “Là également, nous avons une dimension extraordinairement difficile et tragique… Une dizaine de milliers de personnes qui auraient besoin de quitter le pays, désormais aux mains des talibans, vont probablement rester sur place”, ajoute-t-il.
Selon lui, le chef de l’Etat américain aurait bien aimé rester un peu plus longtemps, mais, malheureusement, il ne peut pas, sinon il risque l’épreuve de force, non seulement avec les talibans, mais également avec les djihadistes-terroristes. “Les forces armées des États-Unis ne devraient pas mener une guerre et mourir dans une bataille que les forces afghanes elles-mêmes ne souhaitent pas mener”, déclare-t-il. Joe Biden est clairement face à la première difficulté de sa présidence. Cette défaite rouvre toutefois une plaie pour les soldats de l’armée américaine qui furent engagés en Afghanistan, particulièrement à Kaboul.
“Les États-Unis se retrouvent donc dans une situation particulière, étant donné que les talibans sont les nouveaux maîtres de l’Afghanistan”, souligne le journal de l’Afrique.
Le retrait des militaires américains risque de se faire dans quelques jours, mais la guerre est néanmoins loin d’être finie. “C’est un moment qui nécessite un leadership constant, stable et fort… On a vraiment besoin de quelqu’un qui a la confiance du monde entier et qui a fait ses preuves”.