Impact économique du Covid-19 en Tunisie

Dans son programme de transition politique, la Tunisie avance à grands pas, mais, sur le plan économique, les résultats concrets prennent beaucoup plus de temps que prévu, selon le journal de l’Afrique.
Le taux de croissance de l’économie tunisienne est toutefois estimé à 2 % en 2022, contre 3. 1 % l’année dernière. En 2020-2021, la croissance est tirée principalement par le secteur des activités non-marchandes et les services marchands, ainsi que par l’industrie manufacturière.
D’après les estimations du groupe de la Banque mondiale, la croissance économique devrait s’accélérer à 5 % en 2022, du fait notamment de la reprise dans les secteurs de l’industrie manufacturière, du phosphate et de l’agriculture. La croissance économique devrait cependant remonter progressivement en 2022 et en 2023, à cause notamment de l’amélioration du climat des affaires associés au renforcement de la sécurité, de la stabilité sociale et à des réformes structurelles. En ce qui concerne le déficit budgétaire, celui-ci devrait en principe rester élevé, à 8 % du Produit Intérieur Brut en 2022. Il faut ainsi créer de l’espace afin d’accroître les dépenses d’investissement, élargir l’assiette fiscale et aussi contenir la masse salariale du pays en vue d’assurer la viabilité des finances publiques.
Selon le dernier rapport du Fonds Monétaire International (FMI), la durabilité de la reprise économique en Tunisie dépendra principalement des futurs efforts de reconstruction et de consolidation de la paix.

La production industrielle en hausse de 9 %

Selon indice bonheur pays, la croissance économique pourrait, en 2022, s’élever à 7 % contre un recul historique l’an dernier, de 16 %. Cependant, on prévoit un ralentissement de la croissance du pays de 5 % en 2023, et de 6 % en 2024.
Le Fonds Monétaire International s’attend ainsi à une hausse de la production en 2022, ce qui correspond à une progression beaucoup plus soutenue que prévu. Il est important de rappeler que la production industrielle a augmenté au premier trimestre de cette année de 13 %. Cette augmentation est due notamment à la hausse considérable enregistrée dans les industries extractives et les industries manufacturières. La production industrielle a toutefois augmenté dans les industries de verre, céramique et des matériaux de construction, ainsi que dans des industries chimiques, et dans les secteurs de l’énergie. La majorité des branches ont participé à cette augmentation.