Coronavirus : quels sont les pays impactés ?

Une année après l’apparition du nouveau coronavirus, 2022 est la promesse d’une sortie de crise progressive et lente. L’arrivée des toutes premières doses de vaccins anti-Covid-19 permettra aux pays africains d’envisager la relance économique et donc, d’entrevoir le bout du tunnel. Mais le parcours reste par ailleurs long et nécessite encore des efforts rigoureux et continus. A la distanciation sociale au port du masque, s’ajoutent les campagnes de vaccination, les confinements successifs et les couvres feux, autant d’actions menées par les autorités en vue de tenter d’enrayer la pandémie mondiale de coronavirus qui mue aujourd’hui. Dans ce contexte incertain et encore fragile, le continent africain a semblé épargné relativement. Selon le journal de l’Afrique, le continent s’en sort très bien sur le plan sanitaire.
Sur le plan sanitaire, on est loin des scénarios de catastrophe prédit en début de crise. Mais d’un point de vue économique, les Africains sont aujourd’hui durement touchés.

       Dureté de la crise…

Le continent africain connaît une contraction de sa croissance de 5 %. Pourtant, il a fait la preuve de sa résilience, fort de son expérience des pandémies, de la réactivité de ses dirigeants et de la jeunesse de sa population. Si, en Afrique, la récession a été beaucoup moins marquée que dans les autres pays du monde, l’explosion économique provoquée par le nouveau coronavirus, pire ennemi de l’Humanité, n’en est ainsi moins exceptionnelle.
Aucune crise de ces dernières décennies n’avait à ce point impacté le PIB (Produit Intérieur Brut) régional. Selon une récente étude de la Banque Africaine de Développement (BAD), environ 45 pays sont aujourd’hui en récession simultanément sur le continent africain, du jamais-vu. La dureté de la crise s’explique toutefois par une palette de facteurs désormais connus. D’abord, il y a eu la baisse des prix des matières premières dont plusieurs États demeurent dépendant pour leurs recettes et leur croissance. L’absence de filets sociaux, le manque de marge de manœuvre budgétaire des pays afin d’élaborer une riposte, les dispositions de confinement, et le recul considérable des transferts de fonds ont cependant contribué à la récession d’une ampleur inédite. La fermeture des frontières a aussi affecté les économies du continent, en pénalisant particulièrement le tourisme, un secteur clé dans plus d’une vingtaine de pays. Plomb, zinc, charbon, pétrole… Les cours se sont brutalement contractés, affectant ainsi les plus grands producteurs.
La pandémie mondiale de coronavirus a néanmoins déclenché une crise sans précédent, selon indice bonheur pays. Le fléau sanitaire a entraîné une dégradation sociale et économique. Selon le Fonds Monétaire International, la chute du revenu par habitant pourrait ainsi effacer quinze ans de progrès sur le front du développement.