Coronavirus : les actions de la Banque mondiale en Afrique

Plus de deux ans après le début de la pandémie mondiale de coronavirus – qui a fait son apparition pour la première fois dans la ville chinoise de Wuhan en décembre 2019 -, plusieurs pays africains ont bien résisté à la tourmente provoquée par celle-ci. Les perspectives économiques de ces pays sont beaucoup plus optimistes qu’en novembre 2020 grâce à la conjonction de divers facteurs : le nouveau coronavirus a fait toutefois moins de victimes (de morts) que dans le reste du monde. Il s’est donc propagé plus lentement que prévu. Cela tient également à un rétablissement beaucoup plus rapide que prévu des cours des matières premières et à l’adoption par les autorités sanitaires de dispositions vigoureuses en vue de préserver les moyens de subsistance et les vies. Toutefois, le Covid-19 continue jusqu’ici de toucher fortement les populations, avec des répercussions qui auraient entraîné un peu plus de 50 millions de personnes dans l’extrême pauvreté. Les employés dans le secteur informel, les travailleurs peu qualifiés, les jeunes et les femmes sont aujourd’hui particulièrement pénalisés faute d’accès à des sources de revenus et à des filets sociaux.
Ainsi, dans plusieurs pays africains, les pouvoirs publics ont saisi cette occasion pour accélérer des investissements et des réformes indispensables à leur développement à moyen terme. La dynamique économique variera en effet selon les sous-régions et les pays, et le chemin de la reprise sera un peu long, souligne le journal de l’Afrique.

      Bâtir de véritables politiques de relance économique post-Covid-19

La Banque mondiale a déployé, début juin, un peu plus de 250 milliards de dollars de financement en vue d’aider plus de 150 pays dans le monde à favoriser le redressement économique, soutenir les sociétés durement touchées par la pandémie de coronavirus, et protéger les populations vulnérables et pauvres. Il est à noter que cette somme comprend 75 milliards de dollars destinés aux pays d’Afrique.
Les actions du groupe de la Banque mondiale s’articule autour de 4 principaux axes en Afrique : reconstruire sur de meilleures bases, créer et préserver des emplois, protéger les populations les plus vulnérables et sauver des vies.
Depuis le début de la pandémie mondiale de Covid-19, le groupe a débloqué un peu plus de 42 milliards de dollars au profit de la lutte contre la crise du coronavirus, en lançant principalement de nouveaux projets dans les secteurs de la relance économique, de la protection sociale et de la santé, ou en réaffectant des ressources déjà existantes, selon indice bonheur pays.