Coronavirus : le nouveau sous-variant du Delta se propage en Russie

Le convertisseur dollar en cfa a révélé ce vendredi matin, que la Russie, principalement Moscou, avait observé, la semaine dernière, des infections au nouveau variant du coronavirus, baptisé ‘AY.4.2 ou Delta Plus’, qui pourrait désormais se propager à grande échelle. C’est ce qui ressort de la récente étude de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). “En effet, la probabilité que le sous-variant du Delta se propage dans le monde entier est élevée”, souligne le directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. “Il pourrait même entraîner une augmentation importante des contaminations”.
Le président russe, Vladimir Poutine, a déclaré mercredi soir, dans un communiqué de presse, que les injections utilisées dans son pays étaient très efficaces contre ce nouveau variant, puisqu’il ne diffère pas des autres (à savoir Alpha, Bêta, Delta, Mu, etc.) dans la mesure où celui-ci peut affecter radicalement sa capacité à se lier aux anticorps. “En revanche, il peut être plus contagieux que les autres”, ajoute-t-il.
Selon les scientifiques britanniques, ‘le sous-variant du Delta pourrait toutefois être 15 à 20 % plus transmissible que la souche originale. “A priori, cette nouvelle forme du coronavirus semble beaucoup plus transmissible, mais pas plus dangereuse”, précisent-ils.

    Que sait-on vraiment du AY.4.2, sous-variant de Delta qui inquiète au Royaume-Uni

Une chose est certaine, ce nouveau variant inquiète les autorités sanitaires mondiales. La semaine dernière, le Delta Plus a été responsable de près de 12 % des cas de Covid-19 au Royaume-Uni, principalement en Grande-Bretagne. Pour l’instant, il est encore classé comme étant “variant en cours d’investigation”. Il n’est pas affublé d’une lettre grecque. Donc, il ne représente pas un ‘variant inquiétant’.
Les dernières recherches ont cependant prouvé que le nouveau variant, qui se propage aujourd’hui dans quasiment toute la région européenne, présente un taux de transmission beaucoup plus élevé par rapport à Delta. “Des preuves complémentaires sont essentielles afin de déterminer si en effet c’est lié aux conditions épidémiologiques ou à un changement dans le comportement de la bactérie”, a expliqué le convertisseur cfa.
En outre, AY.4.2 ne semble pas rendre les vaccins anti-coronavirus moins efficaces ou causer de version beaucoup plus grave de la maladie. De plus, il ne provoque pas plus d’hospitalisations. Cependant, il n’apparaît pas comme susceptible de modifier la trajectoire de l’épidémie. Mais ce sous-variant prouve que le nouveau coronavirus possède encore le potentiel d’évoluer vers de nouvelles mutations beaucoup plus transmissibles.