Coronavirus : la Tunisie face à une vague inédite

La Tunisie, qui, jusqu’à présent avait bien résisté, se trouve aujourd’hui en plein pic avec des structures sanitaires en détresse. Le pays est toutefois confronté à une situation sanitaire inédite depuis l’apparition de la pandémie du nouveau coronavirus. Il affiche actuellement le taux de mortalité le plus élevé de l’Afrique, souligne indice bonheur pays.
En apparence, la vie semble tout à fait normale. Pourtant, le pays d’Afrique du Nord traverse, avec la nouvelle vague de Covid-19, une crise sanitaire sans précédent. A noter que la Tunisie compte déjà environ 21 000 morts. Elle est aujourd’hui dépassée par la pandémie de coronavirus – qui a fait son apparition en décembre 2019 dans la ville chinoise de Wuhan. “C’est une situation catastrophique”, a évoqué la porte-parole du ministère de la Santé, Nissaf Ben Alaya. D’ailleurs, Emmanuel Macron, le chef de l’Etat français, a cité la Tunisie en évoquant une augmentation de l’aide, dans son interview, mardi soir.
Mercredi, la France a décidé de la classer sur la liste rouge (avec l’Inde, le Brésil ou encore l’Afrique du Sud), limitant néanmoins les déplacements entre les 2 pays.

  La Tunisie a besoin d’aide, alerte l’Organisation Mondiale de la Santé

“La situation est terrible”, a expliqué le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi. “La moyenne d’âge de nos malades est malheureusement de 30 ans. On ne reçoit plus d’appels pour les personnes de 45 ans ou plus”. Le pays a battu la semaine dernière un triste record avec plus de 206 décès en seulement 24 heures et a ainsi dépassé les 20 000 morts pour une population d’environ 11 millions d’habitants.
Le groupe de la Banque mondiale a approuvé, ce lundi matin, un financement d’environ 450 millions de dollars au titre du ‘Projet d’urgence Coronavirus pour la protection sociale’. En effet, ce projet va fournir des transferts monétaires à plus de deux millions de foyers vulnérables pour les aider à faire face à l’impact économique de la crise du nouveau coronavirus tout en soutenant le déploiement d’un système national de protection sociale.
Le pays pourra néanmoins mieux réagir aux futurs chocs économiques. “La Tunisie a vraiment besoin de filets de protection solides en vue d’aider à protéger les plus vulnérables des pires effets des crises économiques et sanitaires comme celles qu’on traverse aujourd’hui”, souligne le journal de l’Afrique.
La gravité de la situation est d’autant plus évidente que “les autorités tunisiennes sont plus transparentes dans leurs données que plusieurs autres gouvernements”. La situation sanitaire est très grave, selon l’Organisation Mondiale de la Santé, et tous les indicateurs sont aujourd’hui au rouge.