Congo-Brazzaville emploi : le recrutement en fonction publique des agents sociaux dans le pays

Selon la loi de finances dont la modification est encore soumise à l’approbation du parlement, il est important de prévoir un chapitre qui précise la prise en charge des différentes dépenses en liaison avec les nouvelles offres d’emploi au Congo-Brazzaville concernant le recrutement des agents sociaux. D’après les responsables les différents traitements et dépenses des salaires devront subir une baisse en relation avec les départs prévus des employés à la retraite. Cet effectif n’a pas été compensé par le recrutement du personnel dans les fonctions publiques telles que dans le secteur de la santé et de l’enseignement.

 

Les dépenses des salaires

D’après Ludovic Ngatsé, le ministre délégué au Budget, qui a exposé à l’Assemblée nationale, le collectif budgétaire, ces différentes dépenses qui entrent dans le cadre de deuxième position dans l’ordre d’exigibilité ont pu passer de 391 milliards FCFA dans la loi de finances initiale à moins de 387 milliards FCFA au niveau du budget ajusté, réalisant une budget de moins de -1.3 %.

 

Vu l’actuel contexte, le ministre a ajouté qu’il est encore plus complexe puisqu’il est nécessaire d’ajouter les différentes dépenses de santé visant à avoir un meilleur système sanitaire disposant d’une plus grande capacité et de toutes les ressources nécessaires, afin de lutter efficacement contre le Coronavirus.

Dans le cadre de la stratégie mise en place afin de restructurer la dette avant toute renégociation, le gouvernement essaie de maintenir ses engagements par rapport à tous les créanciers.

Selon Ludovic Ngatsé, les charges financières de la dette pourraient s’élever à plus de 100 milliards FCFA contre 105 milliards FCFA dans la loi de finances initiale.

 

Exécuter le budget du gouvernement de l’année 2020

Selon le ministre les offres d’emploi au Congo-Brazzaville, alors qu’il a été prévu d’accéder à plus de 2 175 milliards de FCFA, les différentes ressources budgétaires qui ont été atteintes durant les deux premiers mois de 2020, étaient à hauteur de 306 milliards de FCFA, réalisant ainsi un taux de plus de 14 %.

Concernant les taxes et les impôts intérieurs, alors que la prévision annuelle était de 730 milliards FCFA, l’Etat a atteint 91 milliards enregistrant une amélioration de 12.4 %.